Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250002620
CAP DE CARTERET

(n° régional : 00000202)

Commentaires généraux

Ce pittoresque promontoire rocheux de la côte ouest du Cotentin sépare le vaste ensemble dunaire de Beaubigny-Hatainville, au nord, du havre de Barneville, au sud. De forme grossièrement trapézoïdale avec sa large base, il culmine à soixante quatre mètres d'altitude, non loin du phare. Les falaises vives et abruptes, orientées au sud et à l'ouest, sont entièrement constituées de schistes et de grès d'âge cambrien et présentent un pendage de 20° vers l'est-nord-est. Une bonne partie de l'affleurement contient des grès fins à nodules calcaires. La présence de gradins naturels les rend dans l'ensemble assez accessibles, sauf par leur pied sapé et déchiqueté par l'érosion marine où d'énormes blocs éboulés forment un chaos spectaculaire.

FLORE

Le cap de Carteret présente une végétation riche et variée très caractéristique des falaises littorales du domaine atlantique européen. On note une richesse exceptionnelle des associations de l'étage aérohalin, des pelouses à thérophytes (= petites plantes annuelles, passant l'hiver au stade graine), des landes, et des peuplements de broussailles littorales.

De nombreuses espèces rares, dont certaines bénéficient d'une protection au niveau régional (*) ou national (**), y ont été recensées.

Citons tout particulièrement la Doradille marine (Asplenium marinum*), rare fougère inféodée aux fissures profondes et ombragées soumises aux embruns, et la petite Centaurée à feuilles en tête (Centaurium capitatum**), espèces conférant au site un niveau de valeur régional. On note également la présence de la Patience des rochers (Rumex rupestris**), espèce de l'annexe 2 de la Directive européenne.

Les thérophytes printanières rares sont exceptionnellement bien représentées, notamment la variété maritime de l'Hélianthème à gouttes (Tuberaria guttata var. maritima*), écotype endémique.

Mentionnons encore le Jonc capité (Juncus capitatus*), le Pâturin infirme (Poa infirma), la Romulée à petites fleurs (Romulea columnae*), le Lotier à feuilles étroites (Lotus angustissimus), le Polycarpon à quatre feuiles (Polycarpon tetraphyllum*), les Renoncules des marais (Ranunculus paludosus*) et à petites fleurs (R. parviflorus), de nombreux petits Trèfles, dont les très rares Trèfles de Boccone (Trifolium bocconei*), maritime (T. squamosum*) et pied d'oiseau (T. ornitgopodioides)...

Sur le plan mycologique, plusieurs espèces caractéristiques intéressantes ont aussi été recensées.

 

FAUNE

Ce cap est un des rares sites de nidification du grand Corbeau (Corvus corax). Outre cette donnée, on note également les nidifications rupestres du Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), du Pigeon colombin (Columba oenas), du Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) et celle, plus rare, de la Fauvette pitchou (Sylvia undata).

Notons la présence de deux espèces patrimoniales de mammifères marins à proximité du cap de Carteret : le grand Dauphin (Tursiops truncatus) et le Phoque gris (Halichoerus grypus).

Enfin, le Crapaud calamite (Bufo calamita), espèce rare, a été signalé à la Source Saint-Germain.

Commentaires sur la délimitation

Ensemble de falaises maritimes renfermant des espèces animales et végétales d'intérêt patrimonial.