Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250006477
PRAIRIES HUMIDES DE LA BASSE-VALLEE DE L'ORNE

(n° régional : 00190005)

Commentaires généraux

La présente Znieff des prairies humides de la basse-vallée de l'Orne est constituée de deux entités proches l'une de l'autre, situées en rive droite de l'estuaire de l'Orne. Elle présente un intérêt biologique certain et participe de l'équilibre hydrologique de l'estuaire. Sur les marges, des pelouses calcicoles viennent enrichir la diversité de cette zone qui constitue une véritable coulée verte prolongeant l'estuaire.

Environ la moitié de cette Znieff, côté Nord, fait partie de la ZPS "Estuaire de l'Orne" (référence FR2510059) au titre du dispositif Natura 2000 (Directive Oiseaux).

FLORE

Cette zone renferme des espèces intéressantes dont plusieurs sont rares et/ou protégées au niveau régional (*). Citons notamment le Cératophylle submergé (Ceratophyllum submersum*), la Laîche étirée (Carex extensa), le Polypogon de Montpellier (Polypogon monspeliensis*), la Patience maritime (Rumex maritimus), le Vulpin bulbeux (Alopecurus bulbosus*), le Callitriche à fruits plats (Callitriche platycarpa), le Céleri sauvage (Apium graveolens), le Gaillet rude (Galium pumilum), la Gesse tubéreuse (Lathyrus tuberosus), la Renoncule de Baudot (Ranunculus baudotii), la Ruppie maritime (Ruppia maritima*), correspondant à des espèces typiques des prairies humides et fossés parfois saumâtres. En situation de sols sableux à tendance humide, citons l'Erythrée élégante (Centaurium pulchellum subsp. Pulchellum). Parmi les espèces calcicoles, il convient de mentionner le Gaillet rude pubescent (Galium pumilum var. pubescens), le Muscari à toupet (Muscari comosum), la Véronique germandrée (Veronica teucrium), le Silène conique (Silene conica), le Cynoglosse officinal (Cynoglossum officinale), l'Ophioglosse vulgaire (Ophioglossum vulgatum), l'Orchis grenouille (Coeloglossum viride*),...

Des espèces rares de champignons y ont également été recensées. Lenzites warnieri, pour lequel ce site constitue la seule station actuellement connue de Basse-Normandie, a été observé sur une souche de peuplier. Citons aussi Agrocybe aegerita, Hygrocybe conica, Tricholoma myomyces...

FAUNE

L'intérêt ornithologique de ce secteur tient au fait qu'il constitue une zone d'hivernage pour de nombreux oiseaux migrateurs tels le Courlis cendré (Numenius arquata), l'Aigrette garzette (Egretta garzetta), le Héron cendré (Ardea cinerea), le Tardone de Belon (Tardona tadorna), l'Oie rieuse (Anser albifrons),le Héron garde-boeufs (Bubulcus ibis), la Bécassine des marais (Gallinago gallinago)...

Parmi les oiseaux nicheurs observés sur ce secteur, notons la Rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris), la Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), le Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus), la Bouscarle de Cetti (Cettia cetti), le Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), le Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus)...

En matière de Batraciens, les rares Tritons crêté (Triturus cristatus) et ponctué (Lissotriton vulgaris) sont notamment présents sur cette zone.

La faune entomologique présente également un intérêt, avec certaines espèces patrimoniales telles que le Leste sauvage (Lestes barbarus) en Odonates ou encore le Tétrix des vasières (Tetrix ceperoi) en Orthoptères.

Enfin une curiosité, l'Annélide Haemopis sanguisuga, une espèce de Sangsue noirâtre dépassant largement les dix centimètres.

Commentaires sur la délimitation

Inter-relation d'écosystèmes variés (prairies plus ou moins humides, jachères, pelouses calcicoles, mares et fossés, phragmitaies...) engendrant une diversité floristique remarquable révélée par la présence d'espèces végétales et animales rares et/ou protégées.