Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 250008410
CAP DE FLAMANVILLE

(n° régional : 00390001)

Commentaires généraux

Le massif de Flamanville constitue un énorme cap hémicirculaire développant environ sept km de hautes falaises déchiquetées, orientées au sud et à l'ouest. Il culmine à quatre vingt neuf mètres. De nombreuses découpures et valeuses modèlent un relief ondulé et rayonnant, entraînant des variations d'exposition et d'humidité.

Correspondant à un gros dôme de granite porphyroïde sans doute d'âge carbonifère avec de nombreux filons de microgranulite, le cap de Flamanville présente un intérêt géomorphologique.

FLORE

Le cap de Flamanville présente un intérêt floristique extraordinaire par la richesse des pelouses à thérophytes (plantes dont le cycle de développement complet se déroule sur moins d'une année) qui occupent une bonne partie de ce site.

On note la présence d'espèces rares à très rares et/ou protégées au niveau régional (*) ou au niveau national (**) telles la Patience des rochers (Rumex rupestris**) -espèce de l'annexe 2 de la Directive européenne-, la Romulée à petites fleurs (Romulea columnae*), La Tillée mousse (Crassula tillaea), le Trèfle enterreur (Trifolium subterraneum),le Trèfle étouffé (Trifolium suffocatum), le Trèfle occidental (Trifolium occidentale), la Scille d'automne (Scilla autumnalis), le Polycarpon à quatre feuilles (Polycarpon tetraphyllum*), l'Orpin d'Angleterre (Sedum anglicum), le Tabouret des champs (Thlapsi arvense). Les dépressions humides sont favorables au Choin noirâtre (Schoenus nigricans), au Jonc aigu (Juncus acutus), et au Jonc capité (Juncus capitatus*).

Signalons également le recensement de l'Inule faux-crithme (Inula crithmoides*) et du Statice à deux nervures (Limonium binervosum).

La Radiole faux-lin (Radiola linoides), la Sagine subulée (Sagina subulata), espèces précédemment signalées sur le site, n'ont pas été revues récemment.

On note également la présence de la Fougère maritime (Asplenium marinum*).

FAUNE

Les digues de la centrale électrique constituent un lieu de nidification pour le grand Cormoran (Phalacrocorax carbo), le Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis), les Goélands marin (Larus marinus), brun (L. fuscus) et argenté (L. argentatus), l'Huitrier-pie (Haematopus ostralegus).

La Fauvette pitchou (Sylvia undata) niche dans les landes, et le grand Corbeau (Corvus corax) se reproduit sur les falaises.

Commentaires sur la délimitation

Cap rocheux renfermant des phytocénoses remarquables à l'origine de la présence d'espèces végétales rares et/ou protégées.