Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310009324
La forêt de Trélon et ses lisières

(n° régional : 00760001)

Commentaires généraux

ZNIEFF forestière de grande surface, d’un seul tenant, sans habitations (hormis en lisière) et parcourue par peu de routes fréquentées (D119 et D963). Une altitude bien souvent supérieure à 200m sur les plateaux, un relief varié et complexe avec des assises géologiques nombreuses (schistes à nodules calcaires, grès, limons, alluvion ou colluvions de fond de vallons…) ont généré des conditions écologiques et microclimatiques favorables à des végétations diversifiées et parfois très originales. Laies forestières larges et à la microtopographie favorisant également l’expression de diverses végétations mésoxérophiles à hygropiles associées à la forêt. Quelques paramètres limitent cependant l’intérêt du site ou menacent son évolution : nombreuses plantations de résineux, travaux du sol probables (hersage ?) sur les bermes de certaines routes forestières (route de Saint-Hermann au carrefour du Prince Philippe), envasement du Voyon à l’embouchure du lac du Val-Joly, surpopulation de sangliers dégradant le sous-bois (en particulier le long du Voyon). Richesse floristique et phytocénotique exceptionnelle, liée à la fois à la surface du site, à la diversité des substrats et de la géomorphologie, à sa situation biogéographique et à la bonne expression des végétations herbacées associées à la forêt, notamment les pelouses, prairies et ourlets mésotrophiles à oligotrophiles. En particulier, certains layons et bermes forestières sont remarquables. Ils associent la Pelouse-ourlet à Succise des prés et Silaüs des prés (Succiso pratensis - Silaetum silai), une végétation originale à Laîche jaune et Laîche glauque (communauté à étudier à Carex flava et Carex flacca), la Végétation annuelle à Centenille naine et Radiole faux-lin (Centunculo minimi - Radioletum linoidis) et l’Ourlet à Aigremoine odorante et Brachypode des bois (Agrimonio repentis - Brachypodietum sylvatici). Sur le plan des végétations forestières, elles-mêmes correspondant à divers types de communautés végétales illustrant les nombreuses potentialités offertes par la nature variée des sols, on peut notamment souligner le développement de la Hêtraie-Chênaie à Pâturin de Chaix (Poo chaixii - Carpinetum betuli), une association forestière continentale en limite d’aire de répartition dans la fagne forestière, son développement optimal se situant plus vers l’Est, notamment en Bourgogne ! Ces très nombreuses phytocénosesl hébergent ainsi une flore d’intérêt patrimonial très élevé (plus de 70 taxons déterminants de ZNIEFF) avec en particulier les espèces suivantes: Radiole faux-lin (Radiola linoides), Cicendie filiforme (Cicendia filiformis) dont il s’agit de la seule station régionale connue, Centenille naine (Anagallis minima), Laîche jaune (Carex flava), Scutellaire naine (Scutellaria minor), Ophioglosse commune (Ophioglossum vulgatum), Alchémille glabre (Alchemilla glabra), Colchique d'automne (Colchicum autumnale), Sélin à feuilles de carvi (Selinum carvifolia), Aigremoine odorante (Agrimonia procera), etc.. La ZNIEFF de la Forêt de Trélon et ses lisières fait partie d'un complexe boisé plus vaste comprenant 5 autres ZNIEFF contiguës. Celle-ci en constitue un des noyaux les plus riches au niveau régional, tant sur le plan de la diversité que du caractère patrimonial à l'échelle régionale. Elle accueille en effet pas moins de 34 espèces déterminantes de Rhopalocères, 10 espèces d'Odonates et 4 espèces d'Orthoptères. Les espèces de Rhopalocères et d’Odonates listées ne sont pas nécessairement régulières sur le site mais sont néanmoins présentes dans la liste puisqu’observées au moins une fois pendant la période Ce complexe de ZNIEFF revêt une importance régionale de premier ordre pour la rhopalofaune. En effet 7 espèces exceptionnelles et 5 espèces très rares au niveau régional (HAUBREUX, 2009) ne comprennent leur populations régionales que dans cette ZNIEFF ou les ZNIEFF attenantes. Parmi elles, l'état de conservation d'Aporia crataegi est jugé critique d'après les derniers éléments de l'atlas régional des Rhopalocères puisque celle-ci n'a pas été revue en 2009. Clossiana euphrosyne, Fabriciana adippe, Satyrium ilicis, Hamaeris lucina, Melitea diamina sont également réparties entre les trois ZNIEFF 076-01, 076-02 et 076-13. En régression dans la partie septentrionale de son aire de répartition (LAFRANCHIS, 2000), Coenonympha arcania est présent uniquement dans le complexe forestier du Haut Avesnois où il occupe les zones de lisière et les grandes drêves. L'observation de Plebejus argus a été faite une seule fois sur cette ZNIEFF et dans l'Avesnois. Elle n'est pas à mettre en relation avec une population pérenne. Lié aux clairières et aux lisières forestières cette espèce en fort déclin en Wallonie (FICHEFET & al, 2008) et classées très rare au niveau régional Speyeria aglaja est présente dans trois ZNIEFF du Haut Avesnois mais très localisée dans cette ZNIEFF. La Forêt de Trélon abrite également une des uniques stations régionales de Euphydrias aurinia, en annexe II de la Directive Habitat et protégée au niveau national. Cette station est inscrite dans le contexte plus global du massif forestier puisque d'autres stations de l'espèce sont présentes dans les autres ZNIEFF. Les autres populations régionales se situent très à l'ouest sur les coteaux secs du Pas de Calais. On retrouve le cortège des Nymphalidés forestiers (Apatura ilia, Apatura iris, Argynnis paphia, Ladoga camilla et Nymphalis polychloros) bien présents dans l'Avesnois mais plus rares dans les autres massifs forestiers régionaux). Soulignons l'extrême nécessité d'une gestion adaptée des bermes forestières le long des grandes drèves éclairées où se concentrent la grande partie de ces populations de rhopalocères. La faune orthoptérique est représentée par 5 espèces dont Barbitistes serricauda Exceptionnelle au niveau régional (FERNANDEZ, non publié ) constitue une des espèces les plus rares de la région : il s'agit en effet d'une des seules stations régionales de l'espèce. : Chrysochraon dispar est peu commun dans la région mais les populations régionales se situent en marge de son aire de distribution. Parmi les espèces à affinité forestière, la ZNIEFF accueille également une des rares stations de Nemobius sylvestris espèce rare au niveau régional (Fernandez, non publié) et localisée à quelques massifs forestiers régionaux et Gomphocerippus rufus peu commun à l'échelle régionale. 10 espèces déterminantes d'Odonates ont été répertoriées sur ce site. Aucun indice d'autochtonie n' a été relevée pour Epitheca bimaculata, Somatochlora metallica et Sympetrum foscolombii respectivement rares et assez rares au niveau régional (GODIN, 2003). L'avifaune est marquée par la présence d'espèces liées au milieu forestier dense dont les espèces nicheuses possèdent leur bastion régional dans ce massif forestier et dans cette ZNIEFF particulièrement qui ne peut être scindée des trois autres de ce point de vue. C'est ainsi que la Cigogne noire y a niché pour la première fois en région en 2000 et qu'elle y est toujours nicheuse dans un secteur de chênaie charmaie propice à son installation (zones forestières vastes et peu perturbées, profondes vallées humides , étangs et ruisseaux poissonneux) (FOURNIER, 2001). Elle accueille également les plus importantes populations régionales de Pic mar et Pic noir de la région dont elles constituent le bastion pour les deux espèces. Parmi les espèces des clairières et lisières, la Pie-grièche –grise et la Pie-grièche écorcheur ont à l’heure actuelle disparu mais étaient présentes en période de nidification pendant l’intervalle de temps de 1990 à 2007. Les ZNIEFF présentes sur le territoire des vallées de l’Helpe Majeure et de l'Helpe Mineure sont susceptibles d’accueillir d’autres espèces piscicoles particulières non reprises dans la liste des espèces déterminantes du Nord – Pas-de-Calais, notamment le Hotu (Chondrostoma nasus) et le Barbeau fluviatile (Barbus barbus) échantillonnés sur ces cours d’eau.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre correspond à celui de la forêt de Trélon, qui est une des parties du grand massif forestier regroupant également la forêt domaniale de l’Abbé-Val-Joly et le bois de la Fagne de Sains. En contact vers le nord avec la ZNIEFF 76-13, vers le nord-ouest avec la ZNIEFF 76-2 et vers l’ouest avec la ZNIEFF 76-16 et bordé à l’est et au sud par le bocage de la Fagne, son périmètre est bien défini sur le plan paysager.