ZNIEFF 310013273
Complexe de vallées sèches et de bois autour de Bouvelinghem

(n° régional : 00310002)

Commentaires généraux

Cette vaste ZNIEFF au relief vallonné, en marge du pays de Licques, possède les caractéristiques remarquables des collines crayeuses du Haut Artois. Les nombreuses vallées sèches, l’alternance de prairies de fond de vallée, de prairies de versant et de bois lui confèrent un intérêt paysager indéniable, ce site étant constitué de séquences de végétations forestières, préforestières et pelousaires épousant les formes mouvementées caractéristiques de la topographie de ces collines, dont le relief a été façonné au fil des millénaires par le climat et les hommes. A ce relief complexe s’ajoute la grande hétérogénéité des substrats géologiques du secteur (affleurements crayeux, marnes, limons argileux, limons neutres à acidiclines…) qui influence fortement les végétations. Ainsi, on peut observer un complexe boisé avec un bel exemple des diverses potentialités forestières des hautes terres artésiennes, avec de nombreux gradients d’hygrophilie et de trophie au sein des forêts du Carpinion betuli et du Fraxino excelsioris – Quercion roboris, avec une multiplication des séquences de végétations le long des différentes vallées sèches. Ces paysages ont également été façonnés par les activités humaines : il est possible d’observer des vestiges d’anciens parcours pastoraux avec la présence de pelouses calcicoles voilées de genévriers centenaires, et de fourrés épars à Cytise à balais commun et Ajonc d'Europe, probablement témoins de l’existence passée de landes au niveau d’une auréole de sables coiffant localement les craies, au lieu-dit « Les Dornes ». De nombreux coteaux sont encore pâturés, mais de façon trop intensive ce qui limite fortement l’expression de ces végétations de pelouses typiques des coteaux crayeux. Les pelouses calcicoles telles que l’Avenulo pratensis - Festucetum lemanii et le Parnassio palustris - Thymetum praecocis, de même que les végétations associées ne se retrouvent que dans les parcelles chassées, au sein des layons fauchés ou dans les rares parcelles pâturées extensivement. On y retrouve donc la Parnassie des marais (Parnassia palustris), la Cuscute à petites fleurs (Cuscuta epithymum), le Dactylorhize de Fuchs (Dactylorhiza fuchsii), le Rhinanthe à petites fleurs (Rhinanthus minor subsp. minor), l’Orchis pourpre (Orchis purpurea), la Gentiane d’Allemagne (Gentianella germanica), la Gesse des bois (Lathyrus sylvestris), le Genévrier commun (Juniperus communis subsp. communis)… Les versants et fonds de vallons boisés recèlent également des richesses : la Cardamine à bulbilles (Cardamine bulbifera), inféodée à la hêtraie neutro-calcicole des pentes crayeuses (Mercuriali perennis - Aceretum campestris), y a été découverte. Au total, cette ZNIEFF abrite une vingtaine de taxons et au moins huit végétations déterminants de ZNIEFF, ce qui justifie amplement son périmètre actuel, et ce d’autant plus qu’une partie du coteau nord appartient au site Natura 2000 « Coteau de la Montagne d'Acquin et pelouses du Val de Lumbres » en raison de son intérêt phytocénotique et faunistique (chauves-souris notamment). Le site présente également un intérêt au regard de la faune, avec une espèce déterminante de Chiroptères : la Noctule commune. Cette espèce forestière, inscrite à l’Annexe IV de la Directive Habitats, est quasi-menacée au niveau national (UICN France et al., 2009). Dans le Nord – Pas-de-Calais, la Noctule commune est assez rare (FOURNIER [coord.], 2000).

Commentaires sur la délimitation

Une extension proposée au nord pour intégrer les bois d’Hermelinghen et des Acquettes. Ces bois possèdent une flore tout à fait typique et représentative de ce site et des systèmes forestiers de la cuesta du Haut-boulonnais et de celle du pays de Licques en général : Orchis mascula, Orchis purpurea, Ornithogalum pyrenaicum, Alchemilla xanthochlora.