Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 310013680
Mont Gasart

(n° régional : 00330005)

Commentaires généraux

Le coteau du Mont Gasart s’étend en lisière du Bois du Camp Bréhout et du Bois de Clerques. Plusieurs chemins creux grimpent du hameau de Hamel vers les pelouses rases, érodées en escalier par le bétail. Ce versant en exposition Sud-Sud-est, légèrement festonné, domine la vallée de la Hem, petite rivière sinueuse s’écoulant au milieu de prairies bocagères pâturées. Le coteau est occupé par une mosaïque de végétations façonnées par les activités humaines : les pelouses et les prairies calcicoles fauchées et pâturées, ainsi que les ourlets et manteaux calcicoles sont en contact avec le massif boisé et la vallée de la Hem. Malgré l’intensité du pâturage, le Mont Gasart est doté de plusieurs espèces rares dans la région : Gentiane d’Allemagne (Gentianella germanica), Hippocrépide en ombelle (Hippocrepis comosa), ainsi que de nombreuses orchidées. Quelques espèces signalées à la fin des années 80 sont à rechercher : Avénule des prés (Avenula pratensis) ou l’Herminion caché (Herminium monorchis). L’exposition sud/sud-est du coteau favorise la présence d’espèces thermophile et permet l’expression de la pelouse à Thym occidental et Fétuque hérissée des coteaux crayeux secs du Boulonnais et du pays de Licques (Thymo britannici - Festucetum hirtulae), celle-ci étant localement ponctuée d’un voile à Genévrier commun témoignant du pâturage séculaire de ces coteaux et à rattacher au Rubo ulmifolii - Juniperetum communis. A cette pelouse sont associées plusieurs végétations en liens dynamiques : une prairie calcicole pâturée relevant probablement du Medicagini lupulini – Cynosuretum cristati, un ou des ourlets calcicoles du Trifolion medii, des manteaux calcicoles à Viorne lantane ou encore à Alouchier (Sorbus aria), espèce rare inféodée aux côtes crayeuses des cuestas du Boulonnais et du Pays de Licques. L’existence de la lisière du Sorbo ariae - Coryletum avellanae, autre habitat déterminant de ZNIEFF serait à confirmer. Une baisse de l’intensité du pâturage serait favorable à la diversification floristique des pelouses calcicoles. Actuellement, cette ZNIEFF est riche d’une quinzaine d’espèces et d’au moins 3 végétations déterminantes de ZNIEFF. Onze espèces déterminantes de faune ont été contactées dans le périmètre de cette ZNIEFF, dont neuf Rhopalocères. Parmi ceux-ci, l’Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae), l’Hespérie des sanguisorbes (Spialia sertorius) et le Bel-Argus (Polyommatus bellargus) sont rares dans le Nord – Pas-de-Calais (HAUBREUX [coord.], 2009). L’Hespérie de la mauve fréquente les prairies maigres et pelouses (LAFRANCHIS, 2000). L’Hespérie des sanguisorbes et le Bel-Argus ne sont observés que dans l’Ouest de la région. L’Argus frêle (Cupido minimus), le Point-de-Hongrie (Erynnis tages) et l’Hespérie du chiendent (Thymelicus acteon) sont assez rares à l’échelle régionale (HAUBREUX [coord.], 2009). Au niveau européen, le statut de l’Hespérie du chiendent est défavorable (VAN SWAAY & WARREN, 2000). Concernant les Reptiles, la Vipère péliade, rare au niveau régional, a été observée dans le périmètre de la ZNIEFF. Les habitats fréquentés par l’espèce sont caractérisés par une végétation herbacée dense avec des secteurs plus dégagés et ensoleillés. Un faciès d’ourlet forestier ou un début de reboisement est souvent observé dans ces habitats (JACOB et al., 2007).

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre de la première génération a été agrandi de façon à englober l’ensemble du coteau et la parcelle occupée par la chapelle St-Louis sur laquelle plusieurs espèces et habitats déterminants de ZNIEFF ont été observés : Hippocrépide en ombelle (Hippocrepis comosa), Gentiane d’Allemagne (Gentianella germanica), Pelouse calcicole à Fétuque de Léman (Avenulo pratensis - Festucetum lemanii) des prairies de fauche mésophiles (Centaureo jaceae - Arrhenatherenion elatioris)... Ainsi, le périmètre de la ZNIEFF borde le GR128 jusqu’au bois de Crezecques. Une extension est aussi proposée à l’est de la route départementale D225 afin d’englober le Fond à cailloux, le Mont conseil et le bois du Parc sur lesquels on rencontre 12 espèces déterminantes de ZNIEFF dont le Rosier à petites fleurs (Rosa micrantha), l’Ophioglosse commune (Ophioglossum vulgatum), l’Ancolie commune (Aquilegia vulgaris), le Gnaphale des forêts (Gnaphalium sylvaticum)… Une dernière extension est proposée à l’ouest, bordant la lisière du bois de Crézecques, sur laquelle on note également la présence d’Herminion caché (Herminium monorchis), espèce inscrite à l’annexe 4 de la directive« Habitats-faune-Flore ». Huit espèces déterminantes de Rhopalocères et la Vipère péliade ont été observées au niveau de l’extension située au nord-est du périmètre initial.