ZNIEFF 310030046
Terrils jumeaux n° 11-19 de Loos-en-Gohelle

(n° régional : 00000244)

Commentaires généraux

Ensemble constitué des terrils 74, 74a et d’un bassin de décantation (74b) qui sont limités au Sud par l’A21 et les cités minières de Loos-en-Gohelle. Au nord le groupe de terrils s’ouvre sur un espace agricole.

Ces deux terrils coniques reliés par un plateau sont les plus remarquables de tout le bassin minier. Ils sont monumentaux de par leur forme et leur volume, constitutifs de la « chaîne des terrils ». Ils possèdent le titre honorifique de "plus hauts terrils d’Europe", s’élevant à 187 m d’altitude. A ce titre, leur intérêt paysager est incontestable et ils servent de repère spatial à une bonne partie de la région (visible du Mont Cassel et du terril de Raismes). A leur pied s’est installé un ‘’Ecopôle Base 11/19’’, site de la mémoire de l’activité minière passée ; le chevalement et des anciens bâtiments d’époque ont été conservés et réhabilités.

Ces terrils sont constitués de schistes noirs à granulométrie fine à grossière. Ils ont fait l’objet, à leur base, d’importants travaux de requalification par l’EPF. De vastes plantations de ligneux succèdent à d’importants semis de prairies fleuries. Certaines des espèces semées se sont naturalisées sur le site, dénaturant la flore et les végétations spontanées typiques des terrils. Ceux-ci sont en partie recouverts de végétations d’éboulis, de petites pelouses acidiclines et de friches. Cet ensemble formant un complexe diversifié d’habitats déterminants de ZNIEFF présente un intérêt majeur pour la conservation du patrimoine naturel et de la biodiversité au niveau régional.

Les pentes instables de schistes, conditions écologiques spécifiques de nombreux terrils, ont permis l’installation d’une végétation originale pour le Nord-Pas de Calais : la Friche pionnière sur éboulis de schistes à Patience à écussons et Réséda jaune (Resedo luteae - Rumicetum scutati). Elle est constituée notamment d’une espèce rare et inconnue dans la région avant l’avènement des terrils : la Patience à écussons (Rumex scutatus), espèce protégée dans la région, peut-être à l’origine volontairement introduite sur un terril et s’étant propagée à partir de cette station. Ces pentes instables sont aussi caractérisées par la présence d’une autre végétation pionnière d’éboulis en voie de stabilisation avec notamment le Pavot cornu (Groupement à Glaucium flavum).

Les végétations de pelouses observées à différents niveaux sont tout aussi intéressantes. Notons plus particulièrement la Pelouse annuelle à Cotonnière naine et Aïra précoce (Filagini minimae - Airetum praecocis).

Une zone de combustion très localisée et peu active a permis le développement d’une végétation typique des zones en combustion des terrils : le Groupement à Portulaca oleracea et Chenopodium botrys.

Du fait des plantations massives, les bétulaies typiques de terrils sont rares et mal exprimées. Notons tout de même la présence de la bétulaie pionnière à Calamagrostis epigejos déterminante de ZNIEFF en raison de son originalité.

Le bassin de décantation (T74b) donne naissance à un étang temporaire colonisé par une roselière à Roseau commun.

Cette ZNIEFF est aussi remarquable par la présence, au pied du terril 74, du rare Rhinanthe velu (Rhinanthus alectorolophus), taxon exceptionnel et gravement menacé de disparition dans la région. Il s’agit d’une des 3 seules populations régionales connues.

Plusieurs friches abritent des taxons déterminants de ZNIEFF tels que l’Oeillet velu (Dianthus armeria), l’Oeillet prolifère (Petrorhagia prolifera) et le Galéopse à feuilles étroites (Galeopsis angustifolia). L’Iris fétide (Iris foetidissima), espèce très rare et vulnérable dans la région a été observé au sein des plantations de ligneux. Bien que non déterminante de ZNIEFF, notons une curiosité écologique surprenante pour la flore des terrils du Nord-Pas de Calais : la présence d’une orchidée jusqu’ici inconnu sur les terrils, l’Orchis bouc (Himantoglossum hircinum). Préférant habituellement les coteaux crayeux et les dunes littorales, elle a trouvé de manière étonnante sur ce terril des conditions écologiques favorables.

Cette ZNIEFF abrite 6 végétations et 20 taxons déterminants de ZNIEFF dont 5 sont protégés au niveau régional (Rumex scutatus, Dianthus armeria, Lathyrus sylvestris, Ophrys apifera var. apifera et Prunus mahaleb).

Cette ZNIEFF accueille 8 espèces déterminantes de faune, principalement des insectes. Issue de l'extraction minière ce site accueille une diversité de milieux de la zone humide aux zones sèches, chaudes et pentues des terrils.

Parmi celles-ci Sympetrum danae n'a pas été revue depuis 1997. Cette espèce présente un erratisme prononcé. Aucune preuve de reproduction n'a été constatée sur le site.

Phaneroptera falcata assez rare dans la région est néanmoins en expansion vers le Nord en Belgique (COUVREUR et GODEAU, 2000) et en Allemagne (Hochkirch, 2001).

Les zones d’extraction de granulat constituent l’habitat secondaire du Crapaud calamite dans la région dont l’habitat primaire est constitué par les dunes. Assez rare dans la région, le Lézard des murailles est essentiellement circonscrit au bassin minier. Son habitat principal est constitué par les friches minières, les voies ferrées désaffectées et les carrières.

Parmi les espèces déterminantes d'oiseaux on peut noter l'utilisation du site en période de reproduction du traquet motteux et du Râle d'eau. La reproduction de ces espèces sur le site est encore à rechercher.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre de cette nouvelle ZNIEFF intègre l’ensemble des terrils jumeaux 11-19. Malgré divers travaux d’aménagements, ce site abrite encore une diversité floristique (Galeopsis angustifolia, Rhinanthus alectorolophus, Rumex scutatus, Anacamptis pyramidalis, Himantoglossum hircinum …) et phytocénotique typique des terrils de la région avec la présence de plusieurs végétations et espèces déterminantes de ZNIEFF. Cette diversité justifie son intégration à l’inventaire des ZNIEFF de la région Nord-Pas de Calais.