ZNIEFF 420012978
Forêt sèche du Hardtwald à Heiteren

(n° régional : 1683280)

Commentaires généraux

Le site consiste en un massif de chênaies-charmaies auxquel se mêlent des peuplements de chênes pubescents, riches en clairières à pelouses sèches qui abritent le groupement endémique de l’ Agrostio-Brometum Issler ex Oberdorfer et Korneck 1978. Le groupement de l’Adonido-Brachypodietum pinnati a été identifié aux abords d’un vieux puits, avec la seule station d’Adonis du printemps (Adonis vernalis) connue pour la région.

La forêt y est gérée en taillis sous futaie et de ce fait, elle accueille de nombreuses espèces inféodées à des boisements clairiérés riches en chênes. On y rencontre notamment des plantes et animaux d’habitats xérothermophiles rares. Carex depauperata dispose ici d’une de ses seules stations de toute la région. Certaines clairières et leurs ourlets offrent un habitat favorable à la Laineuse du prunellier (Eriogaster catax), papillon nocturne à fort enjeu patrimonial, hôte des fourrés d'aubépines et de prunelliers.

L’exploitation forestière des boisements participe à une grande diversité des phases de développement. C’est ainsi qu’y alternent des parterres de coupes à couverture herbeuse, des parcelles à herbacées plus hautes ou encore des formations ligneuses bien développées. Ce sont principalement des chênes qui sont conservés comme baliveaux. De telles formes d’utilisation y favorisent une grande biodiversité.

Au sud, la présence d'une gravière historique pourvue de petits habitats graveleux calcaires d’intérêt patrimonial, revêt une importance particulière pour les amphibiens tels le Crapaud calamite (Bufo calamita) et la Rainette verte (Hyla arborea). La portion du canal d'irrigation de la Hardt accueille quant à lui une station de Sympétrum du piémont (Sympetrum pedemontanum).

Commentaires sur la délimitation

Cet ensemble forestier présente un intérêt patrimonial élevé du fait de la présence d'habitats naturels singuliers, caractéristiques des chênaies-charmaies riches en clairières à pelouses sèches de la Hardt. Il offre, du fait des conditions écologiques locales particulières (sols décarbonatés, filtrants et sècheresse édaphique) et de sa dimension, un habitat favorable à un cortège d'espèces faunistiques et floristiques, d'intérêt régional ou national, peu répandu sur le restant du territoire. La ZNIEFF est donc essentiellement forestière, son intérêt étant renforcé par sa situation s'inscrivant dans un contexte d'agriculture intensive. Elle est délimitée de toutes parts par les lisières forestières. Ces dernières présentent un intérêt écologique propre et sont à considérer comme inclues dans le périmètre. Au sud, elle intègre une ancienne gravière qui offre notamment un habitat privilégié à des espèces d'amphibiens d'intérêt patrimonial. Une section du canal d'irrigation de la Hardt est également intégrée au sud-ouest de la ZNIEFF et offre quant à lui un habitat favorable à une espèce d'odonate remarquable.