Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 430007795
FALAISES ET BOIS DE BABRE ET DE LA CÔTE ENVERS

(n° régional : 33207007)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Entre Hyèvre-Paroisse et Deluz, l'incrustation du Doubs dans le faisceau bisontin rend par endroits le relief presque montagneux, avec des crêts, des monts et des cluses. A l'est de Baume-les-Dames, un très bel ensemble écologique et paysager s'étire sur les côtes de la rive droite de la vallée du Doubs, de la Fente de Babre jusqu'au communal des Vignes.

Les falaises de calcaires compacts et fissurés de ce site présentent un fort intérêt patrimonial en raison de leur nature primaire et de leur fonction de refuge pour de nombreuses espèces très spécialisées. Elles se distinguent grâce à leurs groupements typiques, qui accueillent des espèces assez rares et protégées en Franche-Comté comme le bois-joli des Alpes ou l'anthyllide des montagnes. A l'intérieur de la Fente de Babre, le suintement de la roche permet la colonisation d'algues et de mousses originales. En outre, les vires inaccessibles de ces habitats rupestres fournissent des sites de nidification privilégiés pour le faucon pèlerin. Enfin, la fente de Babre riche en écailles et cavités, se révèle favorable aux chiroptères avec deux colonies de murin de Daubenton et de grand rhinolophe (une des plus grosses connues en Franche-Comté). Le petit rhinolophe est également présent. Les formations boisées environnantes constituent le territoire d'autres espèces : murin de Natterer, barbastelle …

Les rebords de corniches sont occupés par la pelouse xérophile à œillet de Grenoble et fétuque des rochers. En mosaïque, des lambeaux de pelouse à laîche humble et anthyllide des montagnes côtoient des communautés d'orpins, des ourlets thermophiles à géranium sanguin et les buissons épars d'une fruticée montagnarde à amélanchier et nerprun des Alpes. Au pied des falaises, des cônes d'éboulis abritent une végétation hygrosciaphile, adaptée à la mobilité du substrat. En contact avec ces pierriers, certaines terrasses pentues de la façade nord offrent également des conditions favorables à la pelouse mésoxérophile à kœlérie et seslérie assez rare à cette altitude. A l'opposé, les hauts de versant bien exposés comptent encore quelques clairières mêlant une pelouse mésoxérophile à brome et phalangère et une fruticée à coronille arbrisseau. Les pelouses de cette zone accueillent également six espèces de papillons déterminantes, telles que l'hespérie de la mauve ou le thécla de l'amarel, dans un cortège assez riche dans le contexte de cette vallée.

La forêt se décline ici en plusieurs types. Les versants froids ou confinés sont le domaine des forêts hygrosciaphiles. En contrebas de la hêtraie à tilleul, l'érablaie à scolopendre occupe les éboulis grossiers. A l'opposé, les versants bien exposés sont couverts par la hêtraie-chênaie thermocalcicole, observable également sur les rebords de corniche sous l'aspect d'un peuplement rabougri. En dehors de ces stations particulières, la hêtraie-chênaie à aspérule odorante domine sous différentes formes. L'intérêt de ces formations émane également du fait qu'elle abrite le pic noir et le pic mar.

 

STATUT DE PROTECTION

Deux arrêtés préfectoraux de protection de biotope assurent la tranquillité du faucon pèlerin en période de reproduction sur une partie des falaises. En outre, la présence de trois plantes protégées (arrêté du 22.06.92) assure indirectement la protection de cette zone puisque est interdit tout acte de destruction à l'encontre de ces espèces et de leur milieu.

 

OBJECTIFS DE PRÉSERVATION

Hormis le respect de la tranquillité de l'avifaune rupestre, la pratique de l'escalade doit veiller pour protéger la flore à ce que l'accès au site se fasse par le haut de la falaise, tout en évitant que les voies ne débouchent sur la corniche. Par ailleurs, une exploitation forestière respectueuse de la haute valeur patrimoniale des groupements en place doit être poursuivie. Notons que la spécificité de ces forêts plaide en faveur d'une gestion jardinatoire par bouquets ou pied à pied, voire même d'un abandon de l'exploitation pour les peuplements à faible potentialité. Enfin, une restauration urgente des pelouses est nécessaire puisque le niveau d'enfrichement est très important.

 

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible