Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 530030099
ETANG DE TRUNVEL

(n° régional : 05120001)

Commentaires généraux

Descriptif synthétique : grand marais littoral se vidant épisodiquement dans la mer par une brèche artificielle dans le cordon de galets ou par percolation. Partie amont encaissée se terminant par une vallée sauvage d’où émergent quelques promontoires rocheux. Ce site constitue l'une des composantes principales de la "Zone humide de la Baie d'Audierne". Les étangs de Kergalan et Trunvel sont les plus grands étangs naturels du Finistère.

Milieux principaux : cordon de galets, dune mobile et fixée (des plages de dunes grises à lichens semblent particulièrement remarquables), étang eutrophe, roselières (à phragmite, à scirpe maritime), dépression dunaire à choin, fourré à prunellier, lande sèche.

Espèces remarquables (sélection) :

- Flore : cortège caractéristique des dunes thermophiles et des marais alcalins. Présence de 27 espèces de la liste rouge armoricaine, dont 8 sont protégées aux niveaux régional ou national. Présence de 3 des 37 espèces végétales de très grand intérêt patrimonial de Bretagne (Conservatoire botanique national de Brest) : l’astragale de Bayonne, la fétuque du pays bigouden, et la santoline (ou diotis) maritime (Otanthus maritimus) plante vulnérable des sables maritimes en forte régression en Bretagne. Le site abrite une plante récemment redécouverte (après plus d’un siècle) pour la Bretagne : la gesse des marais (Lathyrus palustris). Les seules localités finistériennes actuellement connues de la plante aquatique l’utriculaire commune (Utricularia vulgaris) se trouvent dans les étangs de Kergalan et Trunvel. La zone abrite également d’assez grandes populations de l’orchis des marais (protégé) Orchis palustris, et de la germandrée faux-scordium (Teucrium scordium subsp. scordioides), extrêmement localisée par ailleurs en Bretagne.

- Faune : avifaune très diversifiée, avec de nombreuses espèces nicheuses dont plusieurs caractéristiques des roselières (Locustelle luscinioïde, Phragmite des joncs, Rousserolle turdoïde, Panure à moustache) et plusieurs autres passereaux nicheurs très peu communs ou en régression (Gorgebleu à miroir, Traquet motteux, Bruant proyer). Les ardéidés remarquables qui se reproduisaient encore dans un passé proche à Trunvel ne semblent plus y nicher actuellement, mais le site reste attractif (c’est aussi pourquoi certains de ces oiseaux restent aussi déterminants pour la ZNIEFF).

Zone de valeur internationale pour la migration des fauvettes aquatiques et particulièrement pour le phragmite aquatique Acrocephalus paludicola, pour lequel une gestion orientée est faite, en vue de la restauration de son habitat migratoire essentiel dans le site : les prairies humides et parvoroselières.

Protections, études : au plan foncier, une bonne partie de l’étang et le secteur amont sont privés, cependant le Conservatoire du littoral a acquis (environ 106 hectares dans le périmètre de la ZNIEFF) une grande partie de l’espace côtier et des roselières et prairies qui encadrent l’étang en aval, ainsi que les terrains de la rive gauche de l’étang en amont. La Commune de Tréguennec possède 5,6 ha au sud de la zone. La Réserve de chasse maritime de la baie d’Audierne pénètre sur la dune et une partie aval de la palue et de l’étang. L’essentiel de la zone est en Site classé.

Le site abrite la station de baguage de Trunvel, première en France à avoir mis en évidence la migration post-nuptiale littorale du Phragmite aquatique, espèce menacée à l’échelle mondiale qui a bénéficié d’un programme"Life-Nature" « Conservation du Phragmite aquatique en Bretagne » coordonné et réalisé par Bretagne Vivante sur la période 2004-2009. Par ailleurs, la station témoigne du rôle important de halte migratoire de l'ensemble des roselières de la baie d'Audierne, en étudiant la migration des passereaux paludicoles depuis 1986 par des suivis sur le long terme en collaboration avec le Muséum national d'histoire naturelle. Il s'agit d'une des plus importantes stations de baguage en France par la durée (4 mois par an) et le nombre annuel d'oiseaux capturés (environ 10 000) - source n° 67.

Conditions de conservation, gestion : gestion conservatoire et suivis naturalistes sur la réserve biologique et la majeure partie des terrains du Conservatoire du littoral. Accueil public organisé.

- Travaux liés au programme Life : l'étang de Trunvel est vidangé via une brèche artificielle (2007 - 2008) créée dans la dune, mais qui se fermait naturellement, avec pour conséquence des niveaux d'eau trop hauts toute l'année dans l’étang, un dépérissement de la roselière centrale, roselière qui était repoussée en périphérie du marais et supplantait les prairies humides favorables à l'alimentation du phragmite aquatique. Des travaux hydrauliques (après expertises et autorisations administratives) ont consisté à ouvrir une brèche dans le cordon dunaire au droit du point de l'étang de Trunvel le plus proche de la mer pour que les niveaux d'eau puissent baisser en été. Une fauche de la roselière accompagnée d'un pâturage permet de maintenir la végétation rase.

La communauté de commune du Pays Bigouden Sud ainsi que celle du Haut Pays Bigouden sont gestionnaires des terrains du Conservatoire du littoral; un garde du littoral et un agent technique ont la charge d'entretenir et de mettre en place les mesures de gestion de ces espaces naturels. Depuis 2007, le SIVU est aussi opérateur local pour la mise en oeuvre du programme Natura 2000 pour le site de la baie d'Audierne.

La lutte contre la jussie (Ludwigia uruguaynensis), plante invasive très préjudiciable à la biodiversité du site et apparue en 2008 dans les étangs, est menée dans le cadre d’un Contrat Natura 2000 élaboré en partenariat avec l’opérateur local et la Communauté de communes du haut pays bigouden.

Liens écologiques ou fonctionnels avec d'autres ZNIEFF : échanges fonctionnels avec la ZNIEFF de Kergalan et écologiques avec l'ensemble des ZNIEFF de la baie d'Audierne.

Commentaires sur la délimitation
Aucune information disponible