Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 730012167
Cirques d'Estaubé, Gavarnie et Troumouse

(n° régional : Z2PZ0041)

Commentaires généraux

Cette ZNIEFF, à cheval sur les communes de Gavarnie et de Gèdre, regroupe un ensemble majestueux de cirques hauts-pyrénéens, depuis le plus fameux d’entre eux, celui de Gavarnie, jusqu’au petit cirque glaciaire des Aguilous en passant ceux de Troumouse et d’Estaubé. De climat subatlantique à tendance continentale, cette zone connaît aussi des épisodes chauds dus à un effet de foehn venu d’Espagne. La géomorphologie est dominée par les phénomènes glaciaires accentués par les effets de l’érosion hydraulique, avec un ensemble de cirques, cuvettes, moraines et canyons.

Le site, quoiqu’en partie forestier dans sa partie basse, est surtout caractérisé par ses ensembles de pelouses à Gispet - Festuca eskia - et à Nard - Nardus stricta - qui occupent une grande proportion de la zone, ainsi que par les milieux à éboulis et falaises présents sur la grande majorité du site. On y trouve plusieurs habitats déterminants et un ensemble de zones humides et tourbières qui, quoique de faible étendue, présentent une forte diversité.

Du fait de la complexité géologique, la richesse floristique est importante (130 espèces de flore vasculaire sont déterminantes). Les nombreux éboulis et falaises permettent la présence sur le site de toute la gamme des androsaces et saxifrages. Celle de plusieurs complexes de zones humides d’altitude permet une forte diversité en carex, cirses et plantes liées à ces complexes. Le sol, à dominante calcaire, permet la présence de plusieurs espèces d’orchidées. Les milieux forestiers, quoique de faible qualité d'ordre écologique, hébergent la Buxbaumie verte (Buxbaumia viridis), liée à leur faible exploitation et à la présence de bois mort. Cette exploitation limitée se fait aussi sentir dans la forte diversité mycologique notée sur le site. Sur le vallon de Gavarnie, la présence de vieilles forêts de pins à crochets, peu exploitées, permet la présence d’arbres favorables à la Chouette de Tengmalm et au Pic noir, mais en quantité insuffisante pour permettre le maintien d’une population.

La diversité en pelouses, éboulis et landes a des conséquences sur la richesse en insectes du site. On peut relever la forte abondance en rhopalocères, malgré le surpâturage local. À l’inverse, cet effet du surpâturage se fait sentir au niveau des orthoptères, qui présentent quant à eux une faible abondance. La diversité des zones humides permet une bonne diversité en odonates à ces altitudes, même si aucune espèce déterminante n’a pour le moment été répertoriée. Ce site abrite également des couples de plusieurs espèces de l'annexe 1 de la directive «Oiseaux», dont l'Aigle royal, mais aussi une petite population de lagopèdes alpins.

Les éboulis du site abritent quant à eux plusieurs populations de Lézard des Pyrénées.

Une partie des habitats de pelouses souffre d’une forte dégradation, soit par surpâturage (cas de Troumouse), soit par abandon de la part des troupeaux (Aguilous, parties hautes d’Estaubé).

La fréquentation sur ce site est très forte, notamment du fait de la présence du cirque de Gavarnie, mais elle déborde aussi sur les autres parties du site (plus d’un million de visiteurs par an). Elle connaît depuis plusieurs années un accroissement en hiver, et pose des problèmes de dérangement vis-à-vis de la faune, mais aussi d’érosion et de piétinement sur certains sentiers (Espuguettes, Gavarnie, Bourlic). Plusieurs gros travaux de réaménagement de barrages sont en cours sur cette ZNIEFF. Les introductions de poissons sur cette zone posent des problèmes de cohabitation avec plusieurs espèces d’amphibiens, notamment l’Euprocte des Pyrénées, sur la zone des Aguilous ainsi que sur plusieurs petits ruisseaux sur Coumély.

Commentaires sur la délimitation

Cette ZNIEFF regroupe l’ensemble des grands cirques hauts-pyrénéens. Il s’agit d’un ensemble physiographique et orographique cohérent dont les limites sont clairement identifiables et compréhensibles sur le terrain, avec une fonctionnalité d’écoulement hydraulique globale.

Elle englobe d’ouest en est :

- le bassin versant du gave des Tourettes, dans son intégralité jusqu’à Gavarnie, et pour sa partie rive droite, de l’aval de Gavarnie jusqu’à Gèdre ;

- le bassin versant du gave d’Estaubé dans son intégralité ;

- le bassin versant du gave d’Héas dans son intégralité, jusqu’à la chapelle d’Héas, et pour sa partie rive gauche, en aval de cette chapelle ;

- et enfin, la partie rive gauche du ruisseau de l’Aguila.

Si sa délimitation est « évidente » sur le terrain de par les grands bassins versants qu’elle intègre, son homogénéité se comprend aussi par l’étagement des milieux depuis les gaves d’Héas et de Gavarnie jusqu’aux pics et sommets avec les glaciers du cirque de Gavarnie. L’ensemble des grands milieux de pelouses et éboulis jouxtant les falaises des cirques confère aussi une identité à cette ZNIEFF.

La limite longe la ligne de crêtes depuis le port de Gavarnie jusqu’au pic de Troumouse (où elle fait le pendant du parc national d’Ordesa et du Mont-Perdu). Au nord, elle reprend la ligne de crêtes du pic de Troumouse au pic des Aguillous, puis descend le long du gave d’Héas jusqu’au confluent avec le gave de Gavarnie pour remonter par le pic Mourgat.