Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 820031320
Massif de la Dent du Villard et du Rocher de Villeneuve

(n° régional : 73150007)

Commentaires généraux
Aucune information disponible
Commentaires sur la délimitation

Cet ensemble englobe notamment la réserve biologique domaniale du Villard.

Il est caractérisé par une grande diversité d'habitats naturels représentant tous les types physionomiques : forêts, landes à éricacées, fourrés de saules, pelouses alpines et subalpines, mégaphorbiaies, falaises, éboulis.. La particularité du secteur réside dans son vieux peuplement de Pin à crochet sur gypse, ce substrat constituant l'essentiel de la zone. Installée sur sol superficiel, la pinède laisse place sur sol plus profond à la pessière subalpine.

La diversité des habitats naturels se traduit au niveau de la flore, très riche. Certaines de ses composantes présentent un fort intérêt patrimonial, telles la Laîche pied d'oiseau, l'Orchis odorant, l'Ancolie des Alpes, la Clématite des Alpes, les Pyroles verdâtre et intermédiaire, le Saule glauque, l'Androsace de Suisse, le Chamorchis des Alpes, l'Epipogon sans feuille, la Bruyère des neiges, la Linnée boréale, l'Horminelle des Pyrénées, la Silène de Suède, la Stemmacanthe rhapontique…On retrouve ici des espèces essentiellement forestières, telles que l'orchidée Sabot de Vénus (dont la population est ici remarquable), d'autres inféodées aux zones rocailleuses (Saxifrage fausse diapensie) ou encore des espèces de prairies (Dracocéphale de Ruysch).

Le site héberge également une faune diversifiée. Parmi les espèces d'oiseaux les plus intéressantes, citons le Sizerin flammé, le Tarin des aulnes, le Gobemouche noir, le Tichodrome échelette, la Rousserolle verderolle, la Gélinotte des bois, le Tétras lyre, le Cassenoix moucheté.

La configuration en paroi rocheuse du Rocher de Villeneuve a favorisé la reproduction d'un couple d'Aigle royal qui a installé sur ce secteur deux aires de nidification. Plus près des rives du Doron est présent un autre rapace bien moins fréquent : la Chevêchette d'Europe qui trouve probablement un habitat favorable dans ces boisements parfois peu exploités.

Le Bouquetin des Alpes, le Chamois et le Cerf élaphe figurent quant à eux parmi les mammifères remarquables, tout comme le Campagnol des neiges et le Lièvre variable.

Le massif est actuellement peu perturbé, quoique la fréquentation estivale tende à augmenter ; elle est cependant limitée aux sentiers en raison des difficultés d'accès (pentes raides, ravines, entonnoirs de dissolution de gypse).

Il présente un attrait paysager considérable : le sentier empruntant la crête serpente entre les entonnoirs de dissolution du gypse et offre un cadre très pittoresque et une vue remarquable sur les glaciers de la Vanoise. Quant aux peuplements de Pin à crochet, ils sont particulièrement esthétiques.