Logos SINP

ZNIEFF 910010845
Falaises de Banyuls à Cerbère

(n° régional : 66235002)

Identification du site

Région : LANGUEDOC-ROUSSILLON  

Type de zone : 1

Rédacteur de la fiche : Conservatoire des Espaces Naturels du Languedoc-Roussillon

Description du site

Altitude (m) :
minimale : 0
maximale : 0

Superficie (ha) : 140

Centroïde calculé : 42.4802144251537° - 3.14507099911201°

Carte de localisation

Critères de délimitation de la zone
01 -  Répartition des espèces (faune, flore)
02 -  Répartition et agencement des habitats
Facteurs d'évolution de la zone
Aucune information disponible

La ZNIEFF forme, avec l'ensemble des falaises des Albères, l'étendue la plus importante de falaise maritime du Languedoc-Roussillon. Ce patrimoine est d'ailleurs reconnu à travers divers classements favorisant sa conservation. Cette zone est située dans le prolongement de la Réserve Naturelle Nationale Marine de Cerbère-Banyuls. En outre, le Conservatoire du Littoral est propriétaire de quelques hectares au Cap de l'Abeille, assurant à ces terrains une protection foncière forte.

Certaines zones sont particulièrement sensibles aux incendies de forêts. S'il n'est pas récurrent, ce phénomène est favorable aux milieux ouverts du plateau riches, en espèces patrimoniales. Il constitue en revanche une menace potentielle pour la pérennité des quelques boisements de chêne liège, formation végétale dont la conservation est importante.

Les replats sommitaux, en particulier aux deux extrémités de la ZNIEFF, sont victimes d'une urbanisation de plus en plus poussée qui morcelle l'espace et détruit les habitats : résidences, campings, parking... En outre, celle-ci s'accompagne de la création de nombreuses voies de communications (voie ferrée, routes nationale et départementales, sentiers communaux) ayant pour conséquence une augmentation de la fragmentation de l'espace et une fragilisation des milieux naturels.

Les falaises de Banyuls à Cerbère sont le siège d'une fréquentation touristique importante induisant de nombreuses dégradations : piétinement des végétaux, dérangement de l'avifaune nicheuse au sol (Cochevis de Thékla en particulier), dépôt d'ordures et de décombres...

Pour préserver le patrimoine il faudra veiller à appliquer les diverses obligations de la loi Littoral, notamment proscrire l'urbanisation sur le site (et l'artificialisation de manière générale). La gestion de la fréquentation humaine est indispensable pour limiter les dégradations. Celle-ci doit être régulée, canalisée et maîtrisée : chemins piétonniers, mise en défens des zones sensibles et application de la réglementation déjà existante concernant la circulation des véhicules à moteur. La présence de plantes envahissantes comme les Griffes de sorcières (Carpobrotus ssp.) et les Figuiers de Barbarie (Opuntia ssp.) principalement, demande un contrôle de leur évolution sur le site.


Compléments descriptifs
Géomorphologie  :
Aucune information disponible
Activités humaines  :
Aucune information disponible
Statut de propriété  :
Aucune information disponible
Mesure de protection  :
12 - Périmètre d'acquisition approuvé par le Conservatoire de l'Espace Littoral
32 - Site classé selon la loi de 1930
36 - Réserve naturelle nationale
61 - Zone de Protection Spéciale (Directive Oiseaux)
Critères d'intérêts
Patrimoniaux  : Fonctionnels  : Complémentaires  :
12 - Faunistique
16 - Oiseaux
42 - Floristique
46 - Phanérogames
Liaisons écologiques avec d'autres ZNIEFF
Aucune information disponible
ZNIEFF de type 2 incluante
Aucune information disponible
ZNIEFF de type 1 incluses
Aucune information disponible