Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930012574
GORGES DE LA SIAGNE

(n° régional : 06136100)

Commentaires généraux

Description de la zone

La Siagne a creusé profondément la zone de plateaux et de collines boisées du moyen pays en créant des falaises vertigineuses, particulièrement au Pont de Saint Féréol.

Flore et habitats naturels

Les parois des gorges et des escarpements sont colonisées par le chêne vert. Les gorges présentent une hêtraie à Androsace de Chaix en position abyssale. Quelques espèces rupicoles d’intérêt patrimonial sont présentes comme l’Andropogon à deux épis (Andropogon distachyos), la Molinie tardive (Cleistogenes serotina) ou encore la Julienne à feuilles laciniées (Hesperis laciniata)

Faune

Ces gorges calcaires recèlent un patrimoine faunistique de grand intérêt. Elles hébergent en effet 30 espèces animales patrimoniales. Parmi celles ci, 4 correspondent à des espèces déterminantes.

L’intérêt chiroptérologique de la zone est marqué avec la présence d’au moins 7 chauves souris d’intérêt patrimonial telles que le Rhinolophe euryale Rhinolophus euryale, espèce cavernicole déterminante, thermophile et d’affinité méditerranéenne, vulnérable, devenue très rare et très localisée car en très forte régression, préférant les lieux boisés riches en grottes, sur substrat calcaire, le Petit Rhinolophe Rhinolophus hipposideros, espèce remarquable en régression marquée, plutôt thermophile et anthropophile, préférant les milieux boisés clairs sur substrat calcaire qui alternent avec des espaces dégagés, assez rare en montagne mais présent jusqu’à 2 000 m. d’altitude, le Grand Rhinolophe Rhinolophus ferrumequinum, espèce remarquable et menacée, en diminution partout en France, plutôt thermophile mais présent jusqu’à au moins 2 200 m. d’altitude, chassant dans les bocages et les paysages karstiques riches en broussailles, pelouses, pâtures et prairies, souvent proches de l’eau courante ou stagnante, de grottes et d’habitations, le Vespertilion de Capaccini Myotis capaccinii, espèce déterminante rare d’affinité méditerranéenne, s’alimentant essentiellement dans les formations de ripisylves, le Petit Murin Myotis blythii, espèce remarquable dite « vulnérable », thermophile de nette affinité méridionale, liées aux milieux boisés clairs proches de grottes, présente jusqu’à 2 100 m. d’altitude, le Grand Murin Myotis myotis, espèce remarquable plutôt commune mais localement en régression, thermophile et d’affinité méridionale, affectionnant les paysages semi ouverts légèrement boisés jusqu’à 2 000 m. d’altitude, le Minioptère de Schreibers Miniopterus schreibersii, espèce grégaire remarquable, menacée, en régression partout en France y compris dans notre région, d’affinité méditerranéenne et typiquement cavernicole et troglophile, recherchant les grottes et les cavernes proches d’endroits dégagés, les paysages karstiques riches en falaises avec cavités, jusqu’à 2 000 m. d’altitude. L’avifaune nicheuse comprend plusieurs espèces tout à fait intéressantes : Faucon pèlerin Falco peregrinus, espèce déterminante de rapace diurne rupicole, rare et localisée (1 couple nicheur possible), Aigle royal Aquila chrisaetos, prestigieux rapace diurne remarquable, actuellement en légère augmentation après avoir fortement régressé, occupant préférentiellement les régions accidentées avec zones rocheuses et étendues forestières, dont un couple utilise le site comme zone de chasse, Autour des palombes Accipiter gentilis, rapace forestier remarquable, d’affinité médioeuropéenne, affectionnant les grands massifs forestiers avec des clairières jusqu’à 2 000 m. d’altitude, Grand duc d’Europe Bubo bubo, espèce remarquable rupicole, qui se nourrit préférentiellement dans les terrains dégagés proches des falaises et autres escarpements rocheux où il niche généralement, jusqu’à 2 600 m. d’altitude, Martin pêcheur d’Europe Alcedo atthis, espèce remarquable pas très fréquente liée au milieu aquatique, Pic épeichette Dendrocopos minor, espèce forestière remarquable plutôt localisée et pas très fréquente en région P.A.C.A., liée aux forêts claires de feuillus caducifoliés jusqu’à 1 600 m. d’altitude, affectionnant en particulier les formations de ripisylves, Cincle plongeur Cinclus cinclus, espèce remarquable, liée aux cours d’eau froids, propres et bien oxygénés, à courant plutôt vif, entre 100 et 2400 m. d’altitude, Monticole bleu, espèce rupicole remarquable d’affinité méditerranéenne, se rencontrant dans les zones de falaises et d’escarpements rocheux, les gorges, les ruines, les garrigues claires rocailleuses, jusqu’à 1 600 m. d’altitude. Les amphibiens sont quant à eux représentés par le Pélodyte ponctué Pelodytes punctatus, espèce remarquable franco ibérique et ouest méditerranéenne, aujourd’hui en régression et vulnérable, liée aux milieux ouverts humides proches de points d’eau riches en végétation aquatique jusqu’à 1 200 m. d’altitude, et les Poissons d’eau douce par deux espèces d’intérêt communautaire, protégées au niveau européen par la directive C.E.E. « Habitats » : le Blageon Telestes souffia, espèce remarquable, grégaire, des cours d’eau à fonds graveleux et le Barbeau méridional Barbus meridionalis, espèce remarquable d’affinité méridionale, liée aux cours d’eau clairs et bien oxygénés à débit rapide sur substrat de graviers.

Les mollusques gastéropodes sont représentés par un cortège de très fort intérêt patrimonial caractérisé par la présence de plusieurs espèces endémiques, citons la Petite Moitessierie (Moitessieria locardi), espèce remarquable d'escargot, endémique de la région méditerranéenne française dont les Gorges de la Siagne constituent la seule localité varoise connue à ce jour, la Planhydrobie de la Durance (Fissuria boui), espèce remarquable d’Hydrobiidés, endémique provençale, considérée comme rare, le Cochlostome du Verdon (Cochlostoma macei), espèce remarquable rare et localisée, d’affinité méditerranéenne, endémique des départements du Var, des Alpes-Maritimes et des Alpes de Haute-Provence, se rencontrant à la surface des rochers calcaires, l’Aiguillette de Grasse (Renea moutonii moutonii), sous espèce remarquable d’Aciculidés, rare et vulnérable, endémique provençale des départements du Var et des Alpes Maritimes, protégée en France, habitant la litière des forêts et les rochers, la Pagoduline italienne (Argna biplicata biplicata), sous-espèce remarquable, de répartition sud-alpine, très rare en France, où elle n'est signalée que dans le Var et les Alpes-Maritimes, aimant les endroits frais et abrités des bois rocailleux avec éboulis (litières de feuilles, mousses, fissures des rochers), de 500 à 1500 mètres d’altitude, le Luisant fragile (Oxychilus maceanus), espèce remarquable d’escargot endémique du département des Alpes-Maritimes, entre 200 et 900 mètres d’altitude et la Marbrée de Dupuy (Macularia niciensis dupuyi) sous-espèce remarquable, protégée en France, endémique provençale localisée aux Alpes-Maritimes, Var et Alpes de Haute-Provence, fréquentant les rochers, les vieux murs, les oliveraies, surtout sur substrat calcaire, jusqu’à 2 500 mètres d’altitude.

Quant aux peuplements d’insectes, très diversifiés, ils sont représentés par le Carabique Duvalius voraginis, espèce cavernicole de coléoptères, très rare, endémique du Var et des Alpes-Maritimes, l’Hespérie à bandes jaunes (Pyrgus sidae), espèce déterminante de lépidoptères rhopalocères ("papillons de jour") , d’affinité méditerranéenne orientale, qui affectionne les pelouses sèches et boisements clairs thermophiles et dont la chenille vit sur des potentilles (Potentilla hirta et espèces proches), l’Hespérie des cirses (Pyrgus cirsii), espèce remarquable d’Hespéridés en régression, inféodée aux milieux ouverts et secs, l'Azuré des orpins (Scolitantides orion), espèce remarquable de papillon de jour à aire de distribution morcelée, inféodée aux milieux rocheux où croissent les plantes nourricières de sa chenille, des orpins (Sedum), le Cordulégastre bidenté (Cordulegaster bidentata), espèce remarquable d’odonates (libellules et demoiselles), inféodée par sa larve aquatique aux ruisseaux des versants pentus dans les montagnes sud-européennes, le Grillon testacé (Eugryllodes pipiens), espèce ouest-méditerranéenne d’orthoptères dont la sous-espèce provincialis est endémique du sud de la France, qui peuple les pentes rocailleuses et pelouses sèches sur les reliefs exposés et le Dolichopode dauphinois (Dolichopoda azami), espèce cavernicole remarquable de sauterelle, endémique franco-italienne du sud-ouest des Alpes, assez répandue, troglophile, hygrophile et lucifuge, liée aux grottes, aux fentes des rochers et autres recoins obscurs et humides des maisons.

Les arachnides locaux sont représentés par le Scorpion languedocien (Buthus occitanus), espèce remarquable xéro-thermophile d’affinité ouest-méditerranéenne, peu commune et affectionnant les sols meubles voire sablonneux. Enfin chez les crustacés, signalons la présence du Cloporte Armadillidium simoni, espèce déterminante d’Isopodes Armadillidiidés, calcicole et fréquentant les pinèdes, chênaies et garrigues jusqu’à 650 mètres d’altitude, liée aux substrats datant de l’ère secondaire, principalement les calcaires jurassiques, endémique des départements du Var et des Alpes-Maritimes mais localement abondante.

Commentaires sur la délimitation

La znieff prend en compte les gorges de la Siagne du bois des Malines aux Gourgs