Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930012601
MONTAGNE DE L'AUDIBERGUE

(n° régional : 06100120)

Commentaires généraux

Description de la zone

Vaste massif méridional des Préalpes, la montagne de l’Audibergue qui culmine à 1642 m se présente sous la forme d’un épaulement Est-Ouest d'environ 10 km et d'une altitude moyenne de 1300m. Elle domine la vallée du Loup au Nord et la région grassoise au Sud. Un important contraste oppose le flanc méridional, abrupt et désertique, à l’ubac couvert d’une superbe forêt de conifères. Constitué de calcaires jurassiques, ce massif est perforé de nombreux gouffres et de puits qui en ont fait un haut lieu de la spéléologie.

Flore et habitats naturels

L’opposition entre les versants nord et sud est fortement marquée. Ainsi se rapprochent géographiquement des formations de l’étage collinéen, du supraméditerranéen et de l’étage montagnard.

La hêtraie sapinière et la forêt de pin sylvestre occupent les versants nord. De belles populations de Pivoine officinale (Paeonia officinalis subsp. villosa) s'y observent.

A l'adret, les pelouses et les garrigues à Genêt cendré, Buis et Lavande se mêlent à des taillis de Chêne pubescent. C'est là que se trouve le Cytise d'Ardoino (Cytisus ardoinii), espèce endémique rare, qui se trouve ici en limite ouest de son aire de répartition. Les pelouses rases sont l'habitat préférentiel de nombreuses petites espèces dont certaines endémiques comme la Minuartie de Burnat (Minuartia glomerata subsp. burnatii), l'Holostée hérisée (Holosteum umbellatum subsp. hirsutum).

Faune

La Montagne de l’Audibergue possède un patrimoine faunistique relativement intéressant avec la présence de 28 espèces animales d’intérêt patrimonial dont 9 sont déterminantes.

En expansion géographique et numérique en Provence, le Cerf élaphe Cervus elaphus, grand ruminant remarquable, aujourd’hui plutôt forestier, présent jusqu’à 2 500 m. d’altitude, est l’un des mammifères qui fréquentent ce site. Notons également plusieurs espèces de chauves-souris qui occupent le site comme le Minioptère de Shreiber Miniopterus schreibersii, le Murin à oreilles échancrées Myotis emarginatus et le Petit murin Myotis blythii, trois espèces déterminantes. Chez les oiseaux nicheurs, on peut noter la présence des espèces suivantes: Aigle royal Aquila chrysaetos, nicheur certain sur le site, Circaète Jean le blanc Circaetus gallicus, rapace remarquable d’affinité méridionale, au régime alimentaire ophiophage, Autour des palombes Accipiter gentilis, rapace forestier remarquable, d’affinité médioeuropéenne, affectionnant les grands massifs forestiers avec des clairières jusqu’à 2000 m. d’altitude, Tétras lyre Tetrao tetrix, espèce remarquable assez rare et en léger déclin, d’affinité montagnarde, typique des écotones entre forêts (lisières), prairies, pelouses et landes, entre 1 100 et 2 500 m. d’altitude, Perdrix bartavelle Alectoris graeca, espèce avienne méridionale de montagne recherchant les versants montagneux ouverts et ensoleillés avec des barres rocheuses entre 1 100 et 2 900 m. d’altitude, semble t il en régression. Les reptiles sont représentés par la Vipère d’Orsini Vipera ursinii, une espèce déterminante en danger d’extinction en France. Celle-ci est présente au sein des milieux ouverts, entre 1000 et 2200 mètres d’altitudes, riches en refuge (blocs rocheux, tas de bois, fourrés…) et en orthoptères dont elle se nourrit.

La faune entomologique d’intérêt patrimonial est représentée par le Carabique Duvalius voraginis, espèce cavernicole déterminante et très rare de coléoptère, endémique du Var et des Alpes Maritimes, le silphe (coléoptère) Troglodromus bucheti, espèce déterminante, endémique du département des Alpes Maritimes, le sylphe Bathysciola aubei, espèce déterminante et endémique du sud de la France, le Moiré de Provence (Erebia epistygne), espèce déterminante de lépidoptère d’affinité méditerranéo-montagnarde dont l’aire de répartition ibéro-provençale est morcelée et restreinte, inféodée aux pelouses sèches à fétuques (surtout Festuca cinerea), le Semi-apollon (Parnassius mnemosyne), espèce déterminante et protégée au niveau européen, d'affinité montagnarde et liée à la présence de corydales, qui fréquente les pelouses et les lisières forestières, surtout entre 1000 et 2000 mètres d’altitude, l’Apollon (Parnassius apollo), espèce remarquable d'affinité montagnarde, protégée au niveau européen, peuplant les rocailles, pelouses et éboulis à Crassulacées et Saxifragacées entre 500 et 2500 m d’altitude, l’Hespérie des cirses (Pyrgus cirsii), espèce remarquable d’Hespéridés en régression, inféodée aux milieux ouverts et secs, l'Azuré des orpins (Scolitantides orion), espèce remarquable à aire de distribution morcelée, inféodé aux milieux rocheux où croissent les plantes nourricières de sa chenille, des orpins (Sedum), l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, pelouses et friches sèches avec présence de ses plantes hôtes, des serpolets et de sa principale fourmi hôte, Myrmica sabuleti, jusqu’à 2400 m d’altitude, la Zygène des bugranes (Zygaena hilaris), espèce remarquable d'hétérocère zygénidés, d'affinité ibéro-provençale, liée aux pelouses et friches sèches où croît sa plante hôte (Bugrane jaune Ononis natrix), la Zygène cendrée (Zygaena rhadamanthus), espèce remarquable de lépidoptère diurne d’affinité ouest-méditerranéenne, protégée en France, liée aux friches, garrigues et boisements clairs où croît la principale plante nourricière de sa chenille, la Badasse (Dorycnium pentaphyllum) et le Dolichopode dauphinois (Dolichopoda azami), espèce cavernicole remarquable, endémique franco-italienne du sud-ouest des Alpes, assez répandue, troglophile, hygrophile et lucifuge, liée aux grottes, aux fentes des rochers et autres recoins obscurs et humides.

Commentaires sur la délimitation

La délimitation de la Znieff suit une logique de massif, intégrant l'ensemble du massif à l'exception des zones les plus anthropisées, en particulier la station de ski.