Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020040
MASSIF DE CHABANON - TÊTE GROSSE - MONTAGNE DE VAL HAUT - LE MARZENC - FORÊT DOMANIALE DES GORGES DU SASSE - LE RASCLE - LE BOIS NOIR

(n° régional : 04111100)

Commentaires généraux

Description

Etabli dans la partie nord-ouest du département des Alpes-de-Haute-Provence, au sud-est de la petite ville de Tallard, le site englobe le massif de Chabanon - Tête Grosse et les crêtes voisines qui délimitent la partie haute du bassin versant du torrent du Sasse.

Le substrat géologique du site est principalement constitué de terrains sédimentaires du Jurassique comprenant des calcaires, marno-calcaires et marnes du Bathonien à l’Hettangien. Sur les contreforts nord du site, ces terrains sont largement recouverts de dépôts glaciaires würmiens accompagnés d’alluvions et de cailloutis fluvio-glaciaires post-würmiens. Des surfaces d’éboulis assez importantes occupent les pentes fortes à proximité des crêtes.

Positionné dans la zone biogéographique des Alpes intermédiaires méridionales de Haute Provence, le site est soumis à un climat montagnard de type continental aux nettes influences supra-méditerranéennes.

Etendu entre 850 m et 2050 m d'altitude, le site s'inscrit dans les étages de végétation supra-méditerranéen supérieur, montagnard et subalpin.

Sa végétation associe des espaces ouverts et semi-ouverts de pelouses, prairies sèches, landes et fruticées et des formations forestières comprenant des chênaies pubescentes, des pinèdes sylvestres, des reboisement de Pin noir (Pinus nigra) et de Mélèze (Larix decidua) et des hêtraies mésophiles. Localement quelques pessières sont à remarquer. Des formations végétales liées aux milieux rocheux de falaises et d’éboulis sont également présentes.

Milieux naturels

Le site compte trois habitats déterminants : les hêtraies neutrophiles méridionales des Alpes du sud à Trochiscanthe à fleurs nues (Trochiscanthes nodiflorus) [all. phyto. Fagion sylvaticae – Asso. phyto. Trochiscantho-fagetum (41.17)], les éboulis calcaires fins d’altitude représentés par des formations à Bérardie laineuse (Berardia subacaulis) [assoc. phyto. Berardietum lanuginosi (61.2322)], et les éboulis calcaires fins thermophiles à Ibéris de Decandolle (Iberis nana) [assoc. phyto. Iberidetum candolleanae (61.22)] habitats de très grand intérêt botanique et caractérisé par une flore riche en plantes endémiques des Alpes sud-occidentales.

Six autres habitats remarquables sont également présents avec les formations végétales des rochers et falaises calcaires [all. phyto. Potentillion caulescentis et Violo biflorae-Cystopteridion fragilis (62.15)], les éboulis calcaires alpins, à éléments moyens, à Tabouret à feuilles rondes (Noccaea rotundifolia) [all. phyto. Thlaspion rotundifolii (61.22)], qui, à l’instar des éboulis à Bérardie laineuse (Berardia subacaulis) possèdent de nombreuses espèces endémiques des Alpes sud-occidentales, les landes épineuses oro-méditerranéennes à Astragale toujours verte (Astragalus sempervirens) [all. phyto. Ononidion cenisiae (31.7E)], les pelouses écorchées à Avoine toujours verte (Helictotrichon sempervirens) des Alpes du sud [sous-all. phyto. Ononido cristatae-Helictotrichenion sempervirentis (36.432)], dont certaines sont caractérisées par la présence de l’Avoine des Apennins (Avenula versicolor subsp. praetutiana), les pessières subalpines des Alpes [all. phyto. Piceion excelsae (42.21)] et les bas-marais alcalins à Laîche de Davall (Carex davalliana) [all. phyto. Caricion davallianae (54.23)].

Parmi les autres habitats d’intérêt patrimonial marqué, typiques ou représentatifs, le site compte les prairies sèches méso-xérophiles à Brome dressé (Bromus erectus) [all. phyto. Mesobromion erecti (34.3265)].

Par ailleurs, les formations arbustives et sous-arbustives, généralement associées à la dynamique succédant aux pelouses et prairies, comprennent un certain nombre d’habitats remarquables ou représentatifs parmi lesquels figurent : les garrigues supra-méditerranéennes à Thym (Thymus vulgaris) [all. phyto. Helianthemo italici-Aphyllanthion monspeliensis (32.63)], les landes supra-méditerranéennes et oro-méditerranéennes à Genêt cendré (Genista cinerea) et Lavande à feuilles étroites (Lavandula angustifolia) [all. phyto. Lavandulo angustifoliae-Genistion cinereae (32.61 et 32.62)], ainsi que les fruticées d’arbustes divers [all. phyto. Berberidion vulgaris (31.81)].

Flore

Le site comprend douze espèces végétales déterminantes, dont six sont protégées au niveau national : la Berce naine (Heracleum pumilum), petite ombellifère des éboulis calcaires alpins et subalpins, endémique delphino-provençale, le Sabot de Vénus (Cypripedium calceolus), orchidée à floraison spectaculaire typique des hêtraies sèches et hêtraies-pinèdes sylvestres, l’Epipogon sans feuilles (Epipogium aphyllum), rare orchidée forestière des boisements montagnards denses et ombragés, l’Inule variable (Inula bifrons), composée à fleurs jaunes des lisières et broussailles sèches, la Corbeille d'Argent de De Candolle (Iberis nana), crucifère endémique delphino-provençale des éboulis calcaires d’altitude des Alpes sud-occidentales, et l’Ancolie de Bertoloni (Aquilegia bertolonii), superbe renonculacée endémique liguro-provençale. Trois autres espèces végétales déterminantes sont protégées au niveau régional : l’Ophioglosse commun (Ophioglossum vulgatum), le Cyclamen d'Europe (Cyclamen purpurascens) et le Cotonéaster du Dauphiné (Cotoneaster delphinensis). La Biscutelle intermédiaire (Biscutella intermedia), crucifère des éboulis et rocailles calcaires, l’Oeillet de Séguier (Dianthus seguieri subsp. seguieri) et l’Avoine des Abruzzes (Avenula versicolor subsp. praetutiana), graminée franco-italienne des pelouses calcaires d’altitude, distribuée dans les montagnes du sud de l’Italie et dans les Alpes du sud, récemment découverte en France, sont également des espèces déterminantes.

Par ailleurs, figure une espèce végétale remarquable protégée au niveau national : la Bérardie laineuse (Berardia subacaulis), composée archaïque endémique des Alpes sud-occidentales typique des éboulis calcaires à éléments fins.

Faune

Ce site est dotée d’un patrimoine faunistique relativement intéressant, car celui ci est constitué de dix sept espèces animales patrimoniales, dont quatre sont déterminantes.

Les mammifères sont essentiellement représentés par les chauves-souris, à savoir le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros), espèce remarquable et menacée, qui se reproduit sur site. La Noctule de Leisler (Nyctalus leisleri) est observée en gîte en période de transit mais aussi contactée en période d’essaimage et le Vespère de Savi (Hypsugo savii), espèce essentiellement localisée en méditerranée est contacté en période d’essaimage mais aussi de reproduction.

Les oiseaux nicheurs sont représentés par plusieurs espèces d’intérêt patrimonial : le Circaète Jean le blanc (Circaetus gallicus), le Faucon pèlerin (Falco peregrinus), la Caille des blés (Coturnix coturnix), le Tétras lyre (Tetrao tetrix), espèce remarquable fragile, emblématique des Alpes, la Fauvette orphée (Sylvia hortensis), la Pie grièche écorcheur (Lanius collurio), le Moineau soulcie (Petronia petronia), espèce déterminante paléoxérique, d’affinité méridionale, en régression marquée depuis quelques décennies, le Bruant fou (Emberiza cia) et le Bruant ortolan (Emberiza hortulana).

Les insectes patrimoniaux comprennent localement l’Isabelle (Graelsia isabellae), superbe espèce déterminante de lépidoptère, protégée au niveau européen, de répartition ouest-méditerranéenne morcelée (en France : Alpes du sud et Pyrénées orientales), principalement inféodée aux peuplements de Pin sylvestre des versants abrités entre 600 et 1700 mètres d’altitude, l’Alexanor (Papilio alexanor), espèce déterminante protégée au niveau européen, peu abondante, d’affinité méditerranéo montagnarde et propre aux régions accidentées et ensoleillées jusqu’à 1700 m d’altitude, la Proserpine (Zerynthia rumina), espèce d’affinité ouest-méditerranéenne protégée en France, dont la chenille vit sur l’Aristoloche pistoloche (Aristolochia pistolochia) dans les forêts claires et sur les coteaux pierreux, chauds et ensoleillés jusqu’à 1100 m d’altitude, la Diane (Zerynthia polyxena), espèce méditerranéeo-asiatique, protégée au niveau européen, localement inféodée à Aristolochia pistolochia et parfois Aristolochia pallida, dans les chênaies claires et pentes rocailleuses bien exposées jusqu’à 1300 m d’altitude, l’Azuré de la croisette (Maculinea alcon rebeli), espèce remarquable et protégée en France, liée aux pelouses et prairies des étages montagnards et subalpins où croît sa plante hôte (Gentiane croisette Gentiana cruciata) et vit sa fourmi hôte (surtout Myrmica schencki), l’Azuré du Serpolet (Maculinea arion), espèce remarquable et protégée au niveau européen, inféodée aux bois clairs et ensoleillés, les pelouses et les friches sèches à serpolets jusqu’à 2400 m d’altitude, et l’Azuré du baguenaudier (Iolana iolas), espèce méditerranéenne remarquable et très localisée, strictement inféodée à la présence de son unique plante hôte (Colutea arborescens). Chez les Mollusques Gastéropodes, signalons la présence de la Clausilie rugueuse (Clausilia rugosa reboudii), espèce remarquable de Clausilidés, endémique de la France méridionale.

Fonctionnalité/Liens éventuels avec d’autres ZNIEFF

Cette ZNIEFF de type 2 englobe la ZNIEFF de type 1 suivante : «Crêtes de Chabanon - tête Grosse - Sauvegréous».

Commentaires sur la délimitation

Le site intéresse un petit massif de moyenne montagne et ses crêtes connexes. Si les motivations de la délimitation de cette ZNIEFF sont avant tout d’ordre fonctionnel, de façon à inclure des habitats et populations d’espèces à forte valeur patrimoniale, le positionnement de ses limites est établi au mieux sur des repères visuels marqués et sur des éléments topographiques ou géographiques importants : ruptures de pentes, talwegs, crêtes secondaires, réseau routier local, dessertes, lisières, etc. Les secteurs de moindre intérêt ou plus fortement anthropisés sont exclus.