Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 930020138
SAINTE-AGNÈS

(n° régional : 06100123)

Commentaires généraux

Description de la zone

Le vallon du Pescaïre situé en partie sud de la znieff est une belle région formée de collines et de ravins boisés appartenant à l’étage méditerranéen (Peuplier blanc, Charme houblon, Chêne pubescent, Pin d’Alep …). Ce secteur présente un grand intérêt historique par la présence d’éléments de l’aménagement rural traditionnel ancien (canaux d’irrigation, terrasses de culture ..). Les vallons sont creusés à leur base en canyons formant parfois des boyaux où règne un microclimat particulier (forte hygrométrie et températures relativement basses). Ces sites sont uniques en Europe par la rareté des espèces qu’ils contiennent et la particularité des groupements biotiques qui s’y développent. Ce secteur recouvre principalement une zone située sur substrat siliceux (grès oligocènes), et une zone située sur substrat calcaire et marneux. Les faciès géomorphologiques de cet ensemble sont très proches de ceux rencontrés dans les vallons obscurs de la Plaine du Var. De plus, placés dans une situation bioclimatique comparable, on y rencontre les mêmes biotopes.

Le secteur du Mont Ours est constitué de forêts de feuillus et de pinèdes de l’étage supraméditerranéen. Fraîches et fermées en versant nord, elles sont ouvertes et sèches en versant sud où elles laissent le plus souvent la place à des garrigues très dégradées. La gestion pastorale passée et la fréquence des incendies ont modelé les différents biotopes rencontrés. Les parties basses des adrets sont occupées par les séries méditerranéennes du Chêne vert et du Genévrier de Phenicie. Les parties hautes des adrets et les ubacs sont colonisés par des forêts, des garrigues et des pelouses de la série sub méditerranéenne du Chêne pubescent et de la série du Charme houblon.

Flore et habitats naturels

Les éléments remarquables de la végétation sont le développement de forêts d’affinité orientale composées de Charme-houblon (Ostrya carpinifolia) : yeuseraie à Frêne à fleurs (Fraxinus ornus) du Fraxino orni-Quercion ilicis dans le mésoméditerranéen et ostryaies du Carpinion orientalis dans le supraméditerranéen et le montagnard, les formations de tuf (Cratoneurion commutati), les falaises calcaires et entrées de grottes, riches en endémiques des Alpes maritimes et des Alpes sud-occidentales, représentées notamment par les associations du Potentilletum saxifragae et du Ballotetum frutescentis, parfois associées à des vires calcicoles à Seslérie bleue (Seslerion elegantissimae), les falaises calcaires thermophiles méditerranéennes de l’Asplenion glandulosi. Parmi les espèces déterminantes des Alpes Maritimes, on note par exemple le Cytise d’Ardoino (Cytisus ardoinii), le Muscari en grappe (Muscari botryoides), l’Ophrys aurélien (Ophrys aurelia), la Primevère marginée (Primula marginata), la Fougère de Crète (Pteris cretica), la Renoncule de Gargano (Ranunculus garganicus). C'est également ici que l'on trouve une des trois populations confirmées du Crocus de Ligurie (Crocus ligusticus), espèce endémique.

Faune

Cette zone renferme un patrimoine faunistique d’un intérêt biologique relativement élevé. On compte ici au 27 espèces animales d’intérêt patrimonial. Parmi elles, 3 sont déterminantes.

L’avifaune nicheuse et estivante locale est riche en espèces intéressantes d’affinité biogéographique plutôt méditerranéenne et montagnarde: Bondrée apivore (Pernis apivorus), nicheur probable localement (un couple), correspondant à un rapace forestier remarquable, d’affinité médioeuropéenne, recherchant les forêts claires de feuillus et les mosaïques de milieux boisés et de milieux ouverts, Aigle royal (Aquila chrysaetos), prestigieux rapace diurne remarquable, actuellement en légère augmentation après avoir fortement régressé, occupant préférentiellement les régions accidentées avec zones rocheuses et étendues forestières, nicheur certain localement avec un couple reproducteur, Circaète Jean le blanc (Circaetus gallicus), nicheur probable localement (un couple), correspondant à un rapace remarquable d’affinité méridionale, au régime alimentaire ophiophage, Autour des palombes (Accipiter gentilis), nicheur probable localement (un couple), rapace forestier remarquable, d’affinité médioeuropéenne, affectionnant les grands massifs forestiers avec des clairières jusqu’à 2 000 m. d’altitude, Faucon pèlerin (Falco peregrinus), rapace diurne rupicole déterminant, rare et localisé en France et en région P.A.C.A. mais en augmentation, nicheur certain localement avec un couple reproducteur, Monticole bleu (Monticola solitarius), espèce rupicole remarquable d’affinité méditerranéenne, se rencontrant dans les zones de falaises et d’escarpements rocheux, les gorges, les ruines, les garrigues claires rocailleuses, jusqu’à 1 600 m. d’altitude, nicheur probable localement (un couple), Traquet oreillard (Oenanthe hispanica), espèce déterminante d’affinité méditerranéenne, rare et localisée, en légère régression en région P.A.C.A., affectionnant les zones rocailleuses dénudées avec quelques buissons et arbustes jusqu’à 1 300 m. d’altitude, Fauvette orphée (Sylvia hortensis), passereau remarquable, plutôt localisé et en léger déclin, d’affinité méridionale marquée, propre aux coteaux boisés, secs et ensoleillés riches en buissons élevés jusqu’à 1 300 m. d’altitude, Pie grièche méridionale (Lanius meridionalis), espèce remarquable de milieux ouverts et semi ouverts, en régression à l’heure actuelle, Bruant fou (Emberiza cia), nicheur probable localement (un couple), correspondant à un passereau remarquable d’affinité à la fois méridionale et montagnarde, propre aux milieux ouverts et rocailleux, secs et ensoleillés, de 300 à 2 600 m. d’altitude. L‘herpétofaune locale comprend notamment le prestigieux Phyllodactyle d’Europe (Euleptes europaea), espèce déterminante, rare et localisée de gecko, de nette affinité méditerranéenne, pour laquelle le site inclut plusieurs des seules stations continentales françaises localisées dans le département des Alpes Maritimes et le Spélerpès de Strinatii (Speleomantes strinatii), également appelé Hydromante, espèce remarquable peu abondante à répartition très localisée en région P.A.C.A., correspondant à un endémique franco italien présent en France uniquement dans deux départements (Alpes Maritimes essentiellement et Alpes de Haute Provence), recherchant les milieux humides, frais et ombragés (forêts, grottes, cavernes, éboulis) de 0 à 2 400 m. d’altitude

Quant aux arthropodes patrimoniaux, citons la Lycose de Narbonne (Lycosa tarantula), espèce remarquable d'affinité ouest-méditerranéenne qui recherche les pelouses sèches dans lesquelles elle creuse son terrier, le Charançon Troglorhynchus augustae, espèce déterminante de Coléoptères Curculionidés, cavernicole et troglobie, endémique du département des Alpes Maritimes où elle se trouve strictement localisée à deux stations, la Mante terrestre (Geomantis larvoides), espèce remarquable et peu commune d'affinité ouest-méditerranéenne, liée aux pelouses rases et sèches où elle chasse ses proies en courant sur le sol, l'Arcyptère provençale (Arcyptera kheili), espèce remarquable de criquet à mobilité réduite et endémique de Provence, qui peuple les pelouses sur les plateaux calcaire et garrigues ouvertes, le Grillon testacé (Eugryllodes pipiens), espèce ouest-méditerranéenne dont la sous-espèce provincialis est endémique du sud de la France, qui peuple les pentes rocailleuses et pelouses sèches sur les reliefs exposés et le Dolichopode dauphinois (Dolichopoda azami), espèce cavernicole remarquable, endémique franco-italienne du sud-ouest des Alpes, assez répandue, troglophile, hygrophile et lucifuge, liée aux grottes, fentes des rochers et autres recoins obscurs et humides.

Chez les crustacés isopodes, signalons aussi la présence du cloporte Porcellionides myrmecophilus, espèce remarquable et endémique franco-italienne, méditerranéenne et localisée en France au Var et aux Alpes-Maritimes, myrmécophile ayant comme hôte exclusif des fourmis granivores du genre Messor.

Les peuplements de mollusques gastéropodes présentent un très fort intérêt de part la présence d’espèces très rares et endémiques, citons, l'Aiguillette de Gorbio (Renea gormonti), espèce remarquable et protégée en France, très rare et vulnérable, micro-endémique limitée à deux stations dans les Alpes-Maritimes, vivant dans la litière des forêts et parmi les rochers, la Pagoduline lisse (Argna bourguignatiana), espèce remarquable et protégée en France, endémique provenço-ligure, très rare, exclusivement signalée en France de deux stations dans les Alpes-Maritimes, la Grande aiguillette (Platyla foliniana), espèce remarquable et protégée en France, rare et vulnérable, micro-endémique signalée seulement de deux stations dans les Alpes-Maritimes, vivant dans la litière des forêts et la Cristalline des Alpes-Maritimes (Vitrea pseudotrolli), espèce sud alpine remarquable et protégée en France, endémique franco-italienne, exclusivement présente en France dans deux stations des Alpes-Maritimes, vivant dans la litière des forêts humides et sur les rochers.

Commentaires sur la délimitation

La znieff représente la partie la plus méridionale des préalpes de Menton. Elle inclut la chaîne montagneuse du Pic de Baudon au Mont Ours, en suivant une logique de massif, ainsi que les adrets et les canyons qui descendent jusqu’à Menton. Les zones anthropisées ont été exclues.