4030-2 - Landes atlantiques littorales sur sol assez profond

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Étage bioclimatique eu-atlantique à hyperatlantique, de 20 à 100 m d’altitude.
Exposition forte aux embruns et aux vents marins, faible déficit hydrique estival possible.
Position générale sur les pentes des falaises maritimes et sur les bordures des plateaux exposés aux vents.
Substrat général acide, graveleux, granitique, plus ou moins organique, assez profond de type podzolique (voire ranker de colluvions), non fortement désaturé en cations par suite des apports des embruns avec humus de type moder.

Variabilité

Diversité typologique en fonction essentiellement du positionnement de l’habitat dans la séquence zonale des falaises et des variations de la topographie littorale, secondairement des qualités édaphiques.

Lande littorale à Dactyle océanique et Genêt à balais maritime [Dactylido oceanicae-Sarothamnetum maritimi], située généralement à la jonction des pentes de falaise et des premiers rebords de la falaise. Elle n’apparaît que sur les promontoires les plus avancés en mer, mais pas nécessairement dans les stations les plus ventilées. Suivant le gradient bionomique zonal, du haut de falaise aux plates-formes plus internes le rôle des halophytes aérohalins va décroissant et on peut distinguer les variations suivantes :
- une sous-association à Armérie maritime [subass. armerietosum maritimae], plus halophile, à Armérie maritime (Armeria maritima), Carotte porte-gomme (Daucus gummifer), Silène maritime (Silene vulgaris subsp. maritima)… ;
- une sous-association à Scille du printemps [subass. scilletosum vernae], subprotégée, à Scille du printemps (Scilla verna), Solidage verge-d’or (Solidago virgaurea sous une forme littorale)… ;
- une sous-association à Fougère aigle [subass. pteridetosum aquilini], à tendance d’ourlet préforestier, à Fougère aigle (Pteridium aquilinum), Lierre (Hedera helix), Germandrée scorodoine (Teucrium scorodonia)…

Lande littorale à Bruyère cendrée et Ajonc d’Europe maritime [Ulici maritimi-Ericetum cinereae], occupant les pentes des falaises généralement entre les pelouses aérohalines et les rebords de plateaux, en situations ventilées, mais pas nécessairement les plus ensoleillées. De même que précédemment, suivant le gradient bionomique zonal, on peut distinguer les variations suivantes :
- une sous-association à Armérie maritime [subass. armerietosum maritimae], plus aérohaline, au contact des pelouses, avec : Armérie maritime, Carotte porte-gomme, Silène maritime, Euphorbe de Portland (Euphorbia portlandica)… ;
- une sous-association typique [subass. typicum];
- une sous-association à Brachypode penné [subass. brachypodietosum pinnati], sous influence des légers placages de sable calcarifère, avec : Brachypode groupe penné (Brachypodium gr. pinnatum), Rosier à feuilles de boucage (Rosa pimpinellifolia), Garance voyageuse (Rubia peregrina);
- une sous-association à Bruyère ciliée [subass. ericetosum ciliaris], des substrats plus humides, avec : Bruyère ciliée (Erica ciliaris), Molinie bleue (Molinia caerulea).

Physionomie, structure

Landes rases à très rases fortement anémomorphosées, parfois ouvertes, dominées par les chaméphytes, prenant un aspect en coussinet.
Les espèces halophiles de l’étage aérohalin pénètrent largement l’habitat : Fétuque pruineuse (Festuca rubra subsp. pruinosa), Dactyle océanique (Dactylis glomerata subsp. oceanica)…
La physionomie est dominée par quelques espèces : Genêt à balais maritime (Cytisus scoparius subsp. maritimus), Ajonc d’Europe maritime (Ulex europaeus f. maritimus), Bruyère cendrée (Erica cinerea), Callune vulgaire (Calluna vulgaris).

Confusions possibles

La lande littorale à Ajonc de Le Gall prostré [Uliceta humilis ; code UE : 4030 (fiche 4030-3)] est très proche. Elle se distingue par la présence de l’Ajonc de Le Gall à floraison estivale et non printanière, par des sols plus squelettiques (de type ranker podzol), par un positionnement en retrait sur les plateaux ou sur les pentes très ensoleillées.

Dynamique

Quasiment nulle, végétation primaire à subprimaire, spécialisée, permanente, soumise à de fortes contraintes du milieu (vents, embruns, sols).
Cependant une légère dynamique vers les fourrés littoraux (Ulici maritimi-Prunetum spinosae) [Ulici europaei-Rubion ulmifolii, code Corine : 31.83] est possible en situation quelque peu protégée ou sur substrat bouleversé. De même le Saule roux (Salix acuminata) peut dans ces circonstances se montrer agressif. Les Pins maritimes (Pinus pinaster) introduits peuvent éventuellement s’implanter dans la lande en prenant des aspects très anémomorphosés.
Dans la dynamique de reconstruction après incendie, les thérophytes et les halophytes participent de façon variable selon les modifications du milieu.

Habitats associés ou en contact

En contact inférieur : végétations chasmophytiques et pelousaires aérohalines [Crithmo maritimi-Armerion maritimae, code UE : 1230].
En contact supérieur : landes atlantiques littorales sur sol squelettique [Uliceta humilis, code UE : 4030], fourrés acidiphiles littoraux [Ulici europaei-Rubion ulmifolii, code Corine : 31.83].
En contact latéral : dalles rocheuses littorales à Orpin d’Angleterre (Sedum anglicum) [Sedion anglici], parois rocheuses lichéniques, ptéridiaies [Conopodio majoris-Teucrion scorodoniae].
En dynamique cyclique : plages thérophytiques halophiles du Saginion maritimae [code Corine : 15.13] ou, plus à l’abri, du Thero-Airion [code Corine : 35.21].

Répartition géographique

La lande littorale à Dactyle océanique et Genêt à balais maritime n’existe qu’en bioclimat hyperocéanique sur les grands promontoires (nord Cotentin, îles anglo-normandes, pointes finistériennes).
La lande à Ajonc d’Europe maritime et Bruyère cendrée d’exigence eu-atlantique est présente sur tout le pourtour armoricain.

Valeur écologique et biologique

Principalement liée à l’originalité de l’habitat. La lande littorale à Dactyle océanique et Genêt à balais maritime, très spécialisée, est en outre rare et très peu étendue.
À noter la présence de très nombreux écotypes littoraux, décrits ou non, d’espèces variées : Genêt à balais (Cytisus scoparius), Ajonc d’Europe (Ulex europaeus), Fétuque rouge (Festuca rubra), Lotier corniculé (Lotus corniculatus), Patience oseille (Rumex acetosa), Solidage verge-d’or (Solidago virgaurea), Épervière en ombelle (Hieracium umbellatum), Violette de Rivinius (Viola riviniana), Jasione des montagnes (Jasione montana), Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata)…
Taxons remarquables : Genêt à balais maritime, ainsi que dans les ptéridiaies proches des rokeries d’oiseau : Silène dioïque de Zetland (Silene dioica var. zetlandica).

États de conservation

Préserver les formes optimales de bonne densité, mais aussi l’ensemble des variations floristico-édaphique et topographique.

Tendances et menaces

Évolution spontanée nulle ou extrêmement lente, sauf en situation semi-protégée.
Menaces variées : envahissement par les Pins maritimes, destruction par piétinement ou incendie.

Potentialités intrinsèques de production

Aucune valorisation économique directe ; cet habitat participe néanmoins à un paysage très apprécié du public, d’où une valorisation économique indirecte.

Axes de recherche

Absence de données.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 1. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 445 p. + cédérom. (Source)