Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages
4060-8 - Landes subalpines secondaires d'adret du Mézenc

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Étage subalpin à partir de 1500 m.
Climat à caractère océanique atténué, avec une tendance subméditerranéenne, c’est-à-dire avec une saison estivale chaude et une courte période de sécheresse.
Exposition en adret sur des pentes faibles, de 5 à 20 degrés, à faible enneigement ou déneigement précoce.
Éboulis de roches basaltiques et sols peu profonds.

Variabilité

Un seul type : lande à Genévrier nain et Raisin d’ours commun [Junipero nanae-Arctostaphyletum uvae-ursi], connu uniquement du Mézenc dans le Massif central.

Physionomie, structure

Landes très fermées (recouvrement moyen de 90 %), dominées par le Genévrier nain (Juniperus sibirica) et le Raisin d’ours commun (Arctostaphylos uva-ursi). Richesse floristique faible, mais la composition floristique de ces landes et la présence d’espèces rares est intéressante pour la région du Mézenc.

Confusions possibles

Pas de confusion possible.

Dynamique

Spontanée :
Habitat en phase d’extension et colonisant les pelouses ouvertes et les pelouses écorchées sur éboulis.
L’évolution vers la forêt paraît compromise même à partir de semenciers proches (anciennes plantations RTM) à cause des conditions écologiques peu favorables.

Habitats associés ou en contact

Pelouses ouvertes sur éboulis, à Séneçon leucophylle (Senecio leucophyllus) et Cryptogramme crispée (Cryptogramma crispa).
Pelouses sur pentes fortes en adret à Fétuque brunâtre (Festuca paniculata subsp. spadicea) et Leucanthème de Delarbre (Leucanthemum delarbrei) [Festucion variae, code Corine : 36.33].
Landes à Myrtille (Vaccinium myrtillus) et Gentiane jaune (Gentiana lutea) en exposition nord [Genisto pilosae-Vaccinion uliginosi, code UE : 4030].

Répartition géographique

Plateaux du Mézenc en adret (essentiellement aux expositions sud-ouest et ouest).

Valeur écologique et biologique

Habitat représentant les vestiges de groupements végétaux établis dès la fin des dernières glaciations, et donc une dernière irradiation nordique des landes méditerranéennes de montagnes avec des espèces rares et/ou protégées telles que l’Ail de la victoire (Allium victorialis), le Lycopode sélagine (Huperzia selago), le Lycopode des Alpes (Diphasiastrum alpinum), le Cotonéaster à feuilles entières (Cotoneaster integerrimus), la Ronce des rochers (Rubus saxatilis), le Cytise rampant (Cytisus decumbens), la Camarine noire (Empetrum nigrum), le Millepertuis de Richer (Hypericum richeri), le Lys martagon (Lilium martagon)…

États de conservation

États à privilégier ;
Habitat à préserver en totalité en raison du caractère exceptionnel de sa présence au Mézenc, à la confluence des climats méditerranéen sec et chaud et océanique doux et humide.
Autres états observables :
Néant.

Tendances et menaces

Habitat actuellement en expansion plus ou moins rapide et pouvant donc menacer les pelouses sur éboulis à Séneçon leucophylle.
Pas de menaces fortes, mais la fréquentation touristique au niveau de cet habitat est à prendre en compte au vu des espèces rares et protégées qui y sont présentes.

Potentialités intrinsèques de production

Ces landes sommitales du Mézenc sont actuellement gérées par l’ONF Haute-Loire en réserve biologique dirigée sur une superficie totale de 400 ha.
Elles ne présentent que de faibles potentialités économiques et trouvent leur intérêt dans la rareté pour la région de leur composition floristique. Elles ne sont absolument pas exploitées et aucune utilisation agricole ne saurait être envisagée actuellement.

Axes de recherche

Mise au point d’un suivi scientifique sur la dynamique de la lande, aujourd’hui encore peu connue.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Boullet V., Chavaudret-Laborie C. & Deniaud J. (coord.), 2005. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 4 - Habitats agropastoraux. Volume 1. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 445 p. + cédérom. (Source)