Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

8110-4 - Éboulis siliceux alpins d'ubacs, de Corse

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Localisé presque exclusivement sur les versants exposés au nord (ubacs), entre 2 000 et 2 600 m d’altitude (étage alpin et horizon supérieur du subalpin).
Présent sur de fortes pentes (20 à 50°), couvertes de neige pendant sept à neuf mois par an.
Éboulis à éléments parfois de grande taille mais entre lesquels existe de la terre fine ; le sol est cependant toujours très riche en graviers.

Variabilité

L’association à Doronic à grandes fleurs (Doronicum grandiflorum) et Oxyria à deux styles (Oxyria digyna) [Doronico grandiflori-Oxyrietum digynae] varie géographiquement et selon les types de substrats :
- la sous-association à Pâturin lâche (Poa laxa) [poaetosum laxae] est surtout présente dans le massif du Cinto, sur des substrats rhyolitiques dont la désagrégation donne peu d’éléments fins ; les éléments grossiers y sont donc toujours dominants ;
- la sous-association à Violette à feuilles de nummulaire (Viola nummulariifolia) [violetosum nummulariifoliae] se rencontre dans les massifs granitiques du Rotondo et du Renoso, sur des substrats arénacés et riches en éléments fins (sables et argiles).

Physionomie, structure

Le recouvrement végétal des éboulis d’ubac est de l’ordre de 5 à 35 %, selon le degré de fixation du substrat.
Les pierriers siliceux constitués uniquement de gros blocs présentent peu de végétaux vasculaires. C’est seulement dans les secteurs où peuvent s’accumuler des éléments fins, que s’installent des espèces caractéristiques de cet habitat. Ces groupements d’éboulis des hautes altitudes sont donc formés d’une végétation particulière liée à la mobilité du substrat. De nombreuses plantes ont développé différents systèmes afin de s’adapter à cette mobilité (« glaréophytes mobiles ») ou de lutter contre celle-ci (« glaréophytes fixateurs »).
La végétation est constituée principalement d’hémicryptophytes de taille réduite (comme l’Oxyria à deux styles et la Violette à feuilles de nummulaire) et d’un petit nombre d’espèces (moins de cinquante taxons végétaux y ont été relevés). En effet, cet habitat qui est affine des éboulis siliceux décrits pour l’étage alpin des Alpes du Nord [Oxyrietum digynae], est floristique- ment plus pauvre que ceux-ci ; certaines espèces des Alpes y manquent, mais quelques espèces endémiques corses ou corso-ligures (comme la Violette à feuilles de nummulaire) lui donnent bien « une teinte locale ».

Confusions possibles

Avec l’association de couloirs rocheux, frais et étroits à Valériane à feuilles rondes (Valeriana rotundifolia) et Adénostyle de Briquet (Cacalia alpina subsp. briquetii) [Cymbalarion hepaticifoliae, mégaphorbiaies de Corse ; Code UE : 6430, Code Corine : 37.85].
Difficile à confondre avec les éboulis alpins d’adrets [Festuco alpinae-Galietum cometerhizi ; Code UE : 8130, Code Corine : 61.3] qui sont plus thermophiles, localisés à certaines crêtes du massif du Cinto et dans lesquels ne se rencontre jamais le Doronic à grandes fleurs.

Dynamique

Les plantes adaptées aux éboulis sont rares ; il en résulte une concurrence limitée. À cette altitude, les groupements d’éboulis constituent le plus souvent des paraclimax, leur évolution étant contrariée par des apports assez réguliers de nouveaux matériaux rocheux. Cependant, une fois les éboulis fixés, une évolution peut se faire :
- soit, dans les ravins ombragés, vers des communautés sciaphiles des couloirs rocheux, frais et étroits [association à Valériane à feuilles rondes et Adénostyle de Briquet, Valeriano-Adenostyletum briquetii, Cymbalarion hepaticifoliae ; Code UE : 6430, Code Corine : 37.85]) ;
- soit, d’une part à l’étage subalpin, vers des pelouses d’ubac [Geo-Phleetum brachystachyi ; Code UE : 6170, Code Corine : 36.374], d’autre part à l’alpin, vers des pelouses qui sont liées à une longue persistance de la neige [Gnaphalio-Sibbaldietum procumbentis ; Code Corine : 36.1].

Habitats associés ou en contact

Les couloirs rocheux frais et étroits à Valériane à feuilles rondes et Adénostyle de Briquet [Valeriano-Adenostyletum briquetii ; Cymbalarion hepaticifoliae ; Code UE : 6430, Code Corine : 37.85].
Les pelouses alpines des ubacs corses [Geo-Phleetum brachystachyi ; Code UE : 6170, Code Corine : 36.374] et celles liées à une longue persistance de la neige à Sibbaldie couchée (Sibbaldia procumbens) et Gnaphale couché (Gnaphalium supinum) [Gnaphalio-Sibbaldietum procumbentis ; Code Corine : 36.1].

Répartition géographique

Habitat présent ponctuellement dans trois des plus hauts massifs montagneux de Corse (Cinto, Rotondo et Renoso), aux ubacs, entre 2 000 m d’altitude et les sommets, mais il semble absent du massif de Bavella (dans le sud).

Valeur écologique et biologique

Ce type d’éboulis héberge un nombre important de plantes endémiques dont certaines sont protégées au niveau régional comme : l’Adénostyle de Briquet (Cacalia alpina subsp. briquetii), le Céraiste de Soleirol (Cerastium soleirolii), la Marguerite laineuse (Leucanthemopsis alpina subsp. tomentosa), le Myosotis corse (Myotis corsicana), la Phléole à petit épis (Phleum parviceps), la Sagine poilue (Sagina pilifera), le Saxifrage corne de cerf (Saxifraga pedemontana subsp. cervicornis), l’Épiaire corse (Stachys corsica), le Tabouret à style court (Thlaspi brevistylum), la Véronique rampante (Veronica repens), la Violette à feuilles de nummulaire.
De plus, certaines espèces caractéristiques de l’habitat (la Violette à feuilles de nummulaire, l’Oxyria à deux styles et le Pâturin lâche) sont assez rares en Corse.

États de conservation

États à privilégier :
Les éboulis présentant assez d’éléments fins pour permettre le développement d’une végétation riche en plantes endémiques.

Tendances et menaces

Cet habitat de haute montagne, la plupart du temps difficilement accessible, semble (très) peu menacé malgré l’accroissement de plus en plus important des activités sportives (randonnée, escalade, VTT…).

Axes de recherche

Approfondir les connaissances sur la répartition géographique, notamment au niveau du massif de Bavella.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Herard-Logereau K., Van Es J. & Balmain C. (coord.), 2004. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 5 - Habitats rocheux. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 381 p. + cédérom. (Source)