Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

8110-5 - Éboulis siliceux montagnards à subalpins frais, des Alpes, du Massif central et des Vosges

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Étage montagnard à subalpin (1 600 à 2 300 m). Indifférent à l’exposition.
Gros éléments entre lesquels s’accumule une couche d’éléments fins.
Pente moyenne (souvent de l’ordre de 25 à 30 %) et faible mobilité des éléments.

Variabilité

Diversité typologique principale en rapport avec la localisation géographique :
- Alpes : éboulis à Framboisier et Dryoptéris de Linné [Rubo idaei-Dryopteridetum disjunctae] ;
- Alpes, Massif central, Vosges : éboulis à Allosore crispée [Cryptogrammetum crispae].

Physionomie, structure

Le degré de recouvrement est variable (5 à 15 %).
La physionomie est dominée par le Framboisier et les fougères. Les gros blocs créent des microconditions ombragées, froides où se développe, lorsque l’accumulation d’éléments fins est suffisante, une végétation sciaphile de sous-bois.

Confusions possibles

Avec les éboulis calcaires à éléments gros des situations fraîches du Dryopteridion submontanae [Code UE : 8120, Code Corine : 61.3123].
Avec les éboulis siliceux alpins et nivaux des situations fraîches à éléments moyens et gros à Oxyria à deux stigmates (Oxyria digyna) [Oyrietum digynae ; Code UE : 8110, Code Corine : 61.1111] se différenciant par l’absence ou la faible présence des fougères.

Dynamique

Cet habitat présente un caractère permanent (principalement) aux expositions les plus chaudes où la destruction de la roche et l’accumulation de matériaux fins sont faibles.
Toutefois, dans les situations plus froides et plus humides, une évolution de la végétation peut se produire avec, selon l’altitude.
À l’étage montagnard, passage possible :
- aux mégaphorbiaies méso-hygrophiles de l’Adenostylion alliariae [Code UE : 6430, Code Corine : 37.81] ;
- puis aux hêtraies acidiphiles du Luzulo luzuloidis-Fagion sylvaticae [Code UE : 9110, Code Corine : 41.11].
À l’étage subalpin (principalement), passage possible :
- aux mégaphorbiaies méso-hygrophiles de l’Adenostylion alliariae [Code UE : 6430, Code Corine : 37.81], aux fourrés de l’Alnion viridis [Code Corine : 31.611], aux landes du Rhododendro ferruginei-Vaccinion myrtilli [Code UE : 4060, Code Corine : 31.42] ;
- puis à des forêts : mélézein à sous-bois de mégaphorbiaie ou pinède de Pin cembro (Pinus cembra) du Rhododendo ferruginei-Vaccinion myrtilli [Code UE : 9420, Code Corine : 42.31], pessière acidophile du Piceion excelsae [Code UE : 9410].

Habitats associés ou en contact

Les habitats décrits au paragraphe « Dynamique de la végéta- tion », auxquels il est possible d’ajouter :
- les falaises siliceuses de l’Androsacion vandellii [Code UE : 8220, Code Corine : 62.211] ;
- les falaises siliceuses du Saxifragion pedemontanae [Code UE : 8220, Code Corine : 62.23] dans les Alpes-Maritimes ;
- les pelouses pionnières du Sedo albi-Scleranthion biennis [Code UE : 8230, Code Corine : 62.3] ;
- les pelouses méso-hygrophiles du Nardion strictae [Code UE : 6230*, Code Corine : 36.31] ;
- les pelouses mésophiles à mésoxérophiles à Fétuque paniculée (Festuca paniculata) et Centaurée à une tête (Centaurea uniflora) [Centaureo uniflorae-Festucetum spadiceae ; Code Corine : 36.331] ;
- les landes du Juniperion nanae [Code UE : 4060, Code Corine : 31.43].

Répartition géographique

Éboulis à Framboisier et Dryoptéris de Linné : connu des Alpes-Maritimes ; à rechercher dans le reste des Alpes.
Éboulis à Allosore crispée : Alpes, Vosges et Massif central.

Valeur écologique et biologique

Les espèces sont pour la plupart assez communes ; pas de statut de protection.

États de conservation

Éboulis non perturbés par des aménagements, présentant une bonne richesse en fougères.

Tendances et menaces

Cet habitat est globalement peu menacé, sauf dans les secteurs concernés par les aménagements de domaines skiables (notamment en Vanoise, dans les Alpes du Nord) ; ces aménagements (créations de pistes de ski et terrassements induits), ainsi que la création de routes, de pistes pastorales, de sentiers de randonnées…, peuvent détruire certaines stations.

Axes de recherche

Améliorer les connaissances sur la répartition de l’habitat au sein des différentes chaînes de montagnes.
Améliorer les connaissances syntaxonomiques de l’habitat.

Fiche du cahier d'habitats (format pdf)
Bibliographie

Bensettiti F., Herard-Logereau K., Van Es J. & Balmain C. (coord.), 2004. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 5 - Habitats rocheux. MEDD/MAAPAR/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 381 p. + cédérom. (Source)