9340-7 - Yeuseraies à Frêne à fleurs

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Type d’habitat propre à la Ligurie (« Côte d’Azur »en France) à l’étage méditerranéen humide frais et tempéré.
Climat plus humide que les yeuseraies ibéro-provençales.
Sur le plan altitudinal, cette yeuseraie s’observe de 50 m à 1 000 m.
Se rencontre le plus souvent sur substrat calcaire (sols souvent peu profonds et caillouteux).
Se retrouve sur silice (massif de l’Esterel : vallon et ubac du val Infernet).
Associé parfois aux ripisylves dans la partie occidentale, c’est-à-dire en limite d’aire : compensation du bilan hydrique.

Variabilité

Variations géographiques :
- race occidentale liée aux vallons et ubacs, plus riches en espèces des forêts caducifoliées et avec présence d’espèces de ripisylves : Sanicle d’Europe (Sanicula europaea), Osmonde royale (Osmunda plumieri) ;
- race orientale des Alpes-Maritimes plus typiquement méditerranéennes avec parfois Seslérie d’automne (Sesleria automnalis), Chrysanthème discoïde (Chrysanthemum discoideum)…

Variations avec l’altitude :
- forme du mésoméditerranéen inférieur avec Lentisque (Pistacia lentiscus), Myrte (Myrtus communis)… ;
- forme de mésoméditerranéen moyen avec la flore caractéristique (cf. espèces indicatrices) ;
- forme du mésoméditerranéen supérieur avec apparition d’espèces de chênaies pubescentes : Sumac fustet (Cotinus coggygria), Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea), Aubépine monogyne (Crataegus monogyna), Euphorbe des bois (Euphorbia amygdaloides)…

Variations édaphiques :
- variante calcicole avec : Germandrée petit chêne (Teucrium chamaedrys), Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea )… ;
- variante sur substrat siliceux avec : Cytise triflore (Cytisus villosus), Calycotome épineux (Calycotome spinosa), Bruyère arborescente (Erica arborea), Asplénium fougère d’âne (Asplenium onopteris), Pin maritime (Pinus pinaster), Fougère aigle (Pteridium aquilinum), Callune (Calluna vulgaris) ;
- variante des bords de ripisylves avec : Sanicle d’Europe (Sanicula europaea), Osmonde royale (Osmunda plumieri), Tilleul à feuilles cordées (Tilia cordata), Charme houblon (Ostrya carpinifolia)…

Physionomie, structure

La strate arborescente est le plus souvent continue et homogène ; elle est dominée par Quercus ilex, Quercus pubescens, accompagné d’Ostrya carpinifolia, Fraxinus ornus, Sorbus domestica, Acer monpessulamum, Acer campestre, Acer opalus, Sorbus torminalis. Tilia cordata n’apparaît que sur des substrats siliceux. La strate arbustive est assez recouvrante (40-60 %) avec Coronilla emerus, Pistacia terebinthus, Lonicera etrusca, Phillyrea media, Rhamnus alaternus…
La strate herbacée est plus réduite (recouvrement <30 %) avec souvent, surtout Brachypodium pinnatum et Hedera helix.

Confusions possibles

À l’ouest, avec la chênaie verte à Laurier-tin (Viburnum tinus) ; (absence du Frêne à fleurs et du Charme houblon).
Sur la zone d’étude avec les yeuseraies ripicoles à Juniperus phoenicea, avec des phases pionnières à Quercus ilex de la chênaie pubescente.

Dynamique

Cf. schéma cahier d'habitat

Habitats associés ou en contact

Ripisylves à Ostrya carpinifolia et Melica uniflora (UE : 92 AO).
Fruticées dominées par des Rubus (R. ulmifolius…).
Pelouses à Brachypodium pinnatum.
Habitats des fentes de rochers (UE : 8210).
Habitats d’éboulis (UE : 8130).
Habitats de dalles rocheuses.
Peuplements de Pin d’Alep (UE : 9540).

Répartition géographique

Limites ouest sur sols calcaires dans la région de Grasse (entre Grasse et Cabries).
Ensuite borde quelques ostryaies ripicoles (vallée de la Brague, du Loup, du Mardarie, de la Cagne…).
Plus abondant (et alors non inféodé aux ripisylves) au nord de Saint-Laurent-du-Var, de Nice, de Monaco, de Menton (vallées de l’Esteron, Vésubie, Roya : jusqu’à Saorge).
Sur substrat siliceux les stations les plus à l’ouest sont dans le massif de l’Esterel.

Valeur écologique et biologique

Type d’habitat en limite d’aire en France et occupant de ce fait parfois des stations marginales (bords de ripisylves) pour une yeuseraie.
Grand intérêt des peuplements fermés, en futaie (très rares). Présence d’espèces forestières rares en France, de ce fait (Charme houblon, Frêne à fleurs, Vigne sauvage…).

États de conservation

États à privilégier :
Futaies (très rares).
Taillis plus ou moins intensément exploités.
Peuplements ouverts.
Peuplements mélangés avec chêne pubescent.

Tendances et menaces

Type d’habitat en limite d’aire en France et peu étendu sur notre territoire.
Taillis souvent entretenus par l’exploitation forestière : problème du vieillissement des souches dans les taillis exploités depuis des temps reculés.
Souffre des incendies.
Aire tendant cependant à augmenter par recolonisation d’espaces ouverts.

Potentialités intrinsèques de production

Les bois de chêne des taillis sont commercialisables en bois de feu.
Les bois de chênes des éventuelles futaies ne semblent guère valorisables qu’en produits artisanaux.

Axes de recherche

Inventaires restant à réaliser pour préciser la variabilité de ce type d’habitat.
Expérimentation sur le maintien de la capacité à rejeter des taillis de chêne vert vieillis.
Expérimentations sur des traitements très peu pratiqués (taillis fureté, taillis sous futaie).
Expérimentations sur les différents modes d’exploitation du taillis pour préserver et rajeunir les souches.
Expérimentation sur la conduite de la régénération naturelle par voie sexuée des yeuseraies traitées en futaies.
Suivi des passages expérimentaux en futaie.
Étude de la dynamique évolutive ; étude de la dynamique en liaison avec les incendies.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)