9410-3 - Pessières subalpines mésophiles à Homogyne alpine

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Pessière installée sur des sols acides issus de roches siliceuses (granite, grès, gneiss, schistes), entre 1 700 m et 1 950 m en moyenne, dans les Alpes internes et intermédiaires ou de substrats calcaires.
Installées aux expositions fraîches sur pentes plus ou moins fortes, sur replats…
Substrat constitué par des roches siliceuses : schistes divers, grès, granite ou gneiss.
Les altérites ou moraines présentent fréquemment une évolution podzolique, avec différents degrés selon la roche mère, les conditions climatiques…
Sur calcaires, altérites.
Le sol est souvent recouvert d’une litière présentant un horizon de matière organique brute très noire (OH).

Variabilité

Variabilité géographique :
- avec un gradient entre les Alpes du nord (région de Chamonix…) et les Alpes du sud et un gradient ouest-est avec accentuation du caractère continental vers l’est avec un effet majeur des extrêmes thermiques à l’est sur la composition floristique.

Variations selon le degré d’ancienneté :
- pessières installées récemment avec grand développement de Calamagrostide velu (Calamagrostis villosa).

Variations selon l’épaisseur du sol :
- variante sur sols superficiels à Saxifrage à feuilles en coin (Saxifraga cuneifolia).

Variations selon le bilan hydrique :
- variante hygrocline avec quelques espèces de mégaphorbiaies passage vers la pessière mésohygrophile ;
- variante xérocline avec apparition de l’Airelle (Vaccinium vitis-idaea) ;

Physionomie, structure

Peuplement arborescent largement dominé par l’Épicéa accompagné du Sapin, du Pin cembro, du Mélèze, souvent dispersés, Sorbier des oiseleurs, plus fréquent.
La strate arbustive est souvent disséminée et pauvre en espèces : Camerisier bleu, Camerisier noir, Églantier des Alpes.
La strate herbacée est très fournie avec la Myrtille commune (Vaccinium myrtillus), la Fétuque jaune (Festuca flavescens), la Luzule des bois (Luzula sylvatica).
Les Bryophytes sont fréquentes et recouvrantes : Rhytidiadelphus triquetrus, Hylocomium splendens…

Confusions possibles

Avec des « pessières » artificielles, ou des phases pionnières du montagnard, établies à la place de sapinières-pessières potentielles.

Dynamique

Spontanée :
Cf. schéma du cahier d'habitat.

Liée à la gestion :
Cycles sylviculturaux normaux, avec passage à des tapis de Calamagrostide velu (Calamagrostis villosa) ou de Myrtille (Vaccinium) lors de coupes importantes.

Habitats associés ou en contact

Éboulis siliceux (UE : 8120).
Végétation des fentes de rochers (UE : 8220).
Végétation de dalles rocheuses (UE : 8230).
Pelouses à Nard raide (Nardus stricta) (UE : 6230*).
Pelouse évoluée à Fétuque paniculée (Festuca paniculata).
Landes diverses (UE : 4060).
Mégaphorbiaies sèches à Calamagrostide velu (Calamagrostis villosa) (UE : 6430).
Prairies de fauche ou pâturées plus ou moins fertilisées (UE : 6520).
Cembraies ou mélézeins (UE : 9420).
Sapinières sous-jacentes, parfois concernées par la directive (UE : 9410).

Répartition géographique

Sur l’ensemble de l’arc alpin, à l’étage subalpin, sur roches siliceuses.

Valeur écologique et biologique

Aire relativement étendue où les habitats occupent cependant une surface très moyenne.
Type d’habitat plutôt représentatif.
Présence possible d’espèces rares (Listère à feuilles cordées : Listera cordata, Racine de corail : Corallorhiza trifida)…
Participe à des complexes d’habitats du plus grand intérêt par la diversité des conditions offertes à la faune et la flore.
Rôle de protection accentué (vis-à-vis des avalanches, des chutes de pierres…).
Rôle paysager important dans des espaces très fréquentés par le tourisme.

États de conservation

États à privilégier :
Pessières à strate arborescente plus ou moins fermées en fonction des perturbations et de l’exploitation ;
Pessières assez ouvertes avec tapis de Calamagrostide velu (Calamagrostis villosa) ou de Myrtille (Vaccinium) sp. pl.

Autres états observables :
Fruticées, landes…en cours de boisement.

Tendances et menaces

Surface actuelle stabilisée ; en voie d’extension par la progression de l’Épicéa sur des alpages abandonnés par les éleveurs.
Menaces potentielles :
- dessertes forestières ou réalisées pour des aménagements touristiques ;
- fragmentation par des pistes de ski…

Potentialités intrinsèques de production

Ce type d’habitat, relativement banal est passé, en 100 ans, du « statut » de production à celui (passif) de protection subissant une concurrence d’usages touristiques (pistes de ski en particulier).
Productivité assez basse : 3 à 5 m3/ha/an.

Axes de recherche

Acquérir (au cas par cas) des connaissances sur les localisations précises d’espèces végétales rares pour exécuter les exploitations en connaissance de conséquences. Le choix des dates des coupes est alors le meilleur moyen d’éviter les problèmes : les faire exécuter une fois la fructification terminée.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)