Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

9410-8 - Sapinières hyperacidiphiles à Sphaignes

Liste hiérarchisée et descriptifs des habitats des Cahiers d'habitats

Caractéristiques stationnelles

Type d’habitat présent dans les massifs siliceux à l’étage montagnard, à des altitudes variables selon la latitude…
Se rencontre dans le fond de vallées plus ou moins encaissées sur des bas de versants colluviaux, sur des roches siliceuses variées.
Sols hydromorphes avec horizon de matière organique épais en surface.
Ou sols tourbeux, avec tourbière naissante alimentée par une nappe affleurante se prolongeant vers le ruisseau collecteur par une tourbe d’abord topogène puis ombrogène ; milieu peu asphyxique pour le sapin du fait de la circulation de l’eau.
Cette situation topographique peut, par temps calme, privilégier l’accumulation d’air froid avec des gelées fréquentes.
Dans ces conditions stationnelles, le sapin peut avoir une croissance médiocre, dépassant rarement 10 m de hauteur.

Variabilité

Variations géographiques :
Ce type d’habitat a été étudié dans les Vosges, le Forez, les Cévennes. Il reste à étudier dans les Alpes, le Jura, les Pyrénées.

Variations édaphiques : selon la nature du substrat :
- sols hydromorphes à humus épais ;
- tourbes : selon l’épaisseur, le degré d’évolution…

Physionomie, structure

Strate arborescente plus ou moins ouverte dominée par le Sapin auquel se mêlent le Bouleau pubescent et le Sorbier des oiseleurs.
La strate arbustive présente un recouvrement faible.
La strate basse, discontinue, montre des Ronces, la Myrtille (Vaccinium myrtillus)…
Les Bryophytes couvrent au moins la moitié de la surface avec une dominance de Sphaignes et d’Hypnacées.

Confusions possibles

Les caractères sont tels qu’il est impossible de confondre cet habitat avec un autre type.

Dynamique

Spontanée :
Nous disposons de peu d’éléments sur les processus. On peut imaginer une colonisation lente du substrat hydromorphe par le Bouleau pubescent, le Sorbier des oiseleurs, puis par le Sapin.
Dans le Forez les études de pollen montrent que le Sapin est arrivé, il y a 3 500 ans, s’est installé et c’est alors souvent que la tourbe ombrogène s’est constituée. Ceci peut entraîner la régression légère du Sapin au profit du Bouleau.

Liée à la gestion :
Dans le nord du Massif central, dans les Vosges, il ne semble pas y avoir eu d’actions anthropiques fortes sur ces stations.
Sur les flancs de l’Aigoual s’observe un habitat qui a été transformé en pessière, sans modification floristique ou de fonctionnement de l’écosystème.

Habitats associés ou en contact

Pelouse préforestière à Houlque molle (Holcus mollis).
Pelouse à Nard raide (Nardus stricta) (UE : 6230*).
Sapinière hyperacidiphile de sols bien drainés (UE : 9410).
Tourbières (UE : 7110) ; tourbières boisées (UE : 91D0*).
Complexe riverain (UE : 91E0*).
Végétation de fentes de rochers (UE : 8220).
Végétation d’éboulis siliceux (UE : 8120).
Mégaphorbiaies (UE : 6430).

Répartition géographique

Connu dans les Vosges, le Forez et les monts voisins.
À rechercher et à localiser ailleurs dans le Massif central, à localiser dans le Jura, les Alpes, les Pyrénées.

Valeur écologique et biologique

Aire générale assez vaste, mais au sein de cette aire les habitats occupent toujours de faibles étendues.
—› Type d’habitat rare.
Fréquence d’espèces rares (et/ou protégées) : Listère à feuilles cordées (Listera cordata), Lycopodes…
Mosaïque d’habitat du plus grand intérêt par le grand nombre de situations offertes à la faune et à la flore.

États de conservation

États à privilégier :
La rareté des sites conduit à privilégier tous les stades de ce type d’habitats : des phases pionnières aux peuplements plus ou moins ouverts dominés par le sapin et même les stades de régression à bouleau pubescent.

Tendances et menaces

Faible surface occupée tendant à se stabiliser ; « petite » reconquête sur zones ouvertes par le Bouleau pubescent.
Menaces potentielles :
- travaux hydrauliques ;
- coupe trop brutale ;
- le passage à l’Épicéa, hors de son aire d’origine, ne semble pas provoquer de changement floristique et écologique (en dehors du fait qu’il n’est pas autochtone dans ces situations…).

Potentialités intrinsèques de production

Les productivités sont pratiquement nulles.

Axes de recherche

Un repérage de cet habitat est à réaliser. Des recherches sont à mener pour préciser les modalités dynamiques de son installation et pour comprendre quelles sont les raisons de l’installation du Sapin (et pas du Pin).
Des inventaires restent à faire sur une partie du Massif central, les Alpes et les Pyrénées pour préciser l’aire réelle de distribution de ce type d’habitat et sa variabilité écologique et floristique.

Bibliographie

Bensettiti F., Rameau J.-C. & Chevallier H. (coord.), 2001. « Cahiers d’habitats » Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et des espèces d’intérêt communautaire. Tome 1 - Habitats forestiers. Volume 2. MATE/MAP/MNHN. Éd. La Documentation française, Paris, 423 p. + cédérom. (Source)