Logo SINP - Système d'information sur la nature et les paysages

ZNIEFF 220420009
PRAIRIES HUMIDES DES HALGREUX À HONDAINVILLE

(n° régional : 60CLE107)

Commentaires généraux

DESCRIPTION

Le site des Prés Halgreux et de La Croix au pas est situé sur la rive droite de la vallée du Thérain, entre Hondainville, Mouy et Angy, sur la rive gauche du Thérain. Il occupe le lit majeur, entre la départementale 12 et la voie ferrée.

Le lit mineur du Thérain traverse le nord du site. Un ancien méandre évolue actuellement en bras-mort, en bordure de la voie ferrée qui recoupe la rivière à ce niveau. Ce bras marquait l'ancienne limite entre les communes de Hondainville et de Mouy.

Le Thérain sort de son lit de temps à autre, inondant les prairies et les bois riverains. A cette occasion, l'alluvionnement apporte des substances nutritives aux sols. Ces derniers conservent toujours une humidité relativement élevée (la nappe alluviale n'est pas loin en profondeur), favorable à la végétation prairiale.

L'occupation du sol est majoritairement prairiale sur ce site. L'utilisation agricole semble mixte, avec un régime de fauche et de pâturage. Ces prairies mésophiles (Arrhenaterion elatioris) à mésohygrophiles sont disposées en mosaïque avec des bois humides (aulnaies-frênaies de l'Alno-Padion, peupleraies...), des mégaphorbiaies (Thalictro flavi-Filipendulion) et des haies d'épineux.

Tout autour dominent les peupleraies.

INTERET DES MILIEUX

Les prairies de fauche mésophiles ou hygrophiles sont des milieux de plus en plus rares et menacés en Picardie et dans l'ensemble de l'Europe. En Picardie notamment, à la suite des évolutions de l'économie agricole, les surfaces de prairies humides ont considérablement régressé.

Celles d'Hondainville comptent parmi les dernières de la vallée du Thérain, où l'activité d'élevage est relictuelle : les nombreux lieux-dits « Les Prés », bien que forestiers aujourd'hui malgré leur nom, comme Les Prés, en amont, ou, en aval, Les Prés Halgreux, en témoignent encore.

Le bras-mort inondable proche de la voie ferrée est l'un des seuls de la basse vallée du Thérain.

Ces milieux de prairies, de milieux aquatiques et de mégaphorbiaies abritent une flore et une faune précieuses, comportant plusieurs espèces rares et menacées.

INTERET DES ESPECES

Parmi les espèces végétales les plus remarquables se trouvent les taxons suivants, assez rares à rares en Picardie :

- le Laiteron des marais (Sonchus palustris),

- la Guimauve officinale (Althaea officinalis),

- le Pigamon jaune (Thalictrum flavum),

- la Cardère velue (Dipsacus pilosus).

La faune comprend notamment :

- le Martin-pêcheur (Alcedo atthis), espèce inscrite en annexe I de la directive "Oiseaux" de l'Union Européenne, sur le Thérain , les mares et le bras-mort ;

- la Grenouille agile (Rana dalmatina), espèce inscrite en annexe IV de la directive "Habitats", qui vit dans les prairies et les bois ;

- le Calopteryx vierge (Calopteryx virgo), sur le Thérain, odonate typique des eaux claires rapides.

D'autres espèces végétales et animales restent très probablement à découvrir.

FACTEURS INFLUENCANT L'EVOLUTION DE LA ZONE

La problématique principale de ces coteaux tient dans la déprise agricole, due aux difficultés générales de l'élevage. Les activités d'élevage (fauche, pâture) disparaissent dans la vallée du Thérain, et, avec elles, les paysages prairiaux.

Le maintien d'une inondabilité de faible importance, mais régulière lors de la mauvaise saison (automne-hiver), est une condition de la pérennisation des habitats hygrophiles remarquables.

Par ailleurs, les plantations de peupliers tendent à une banalisation à la fois paysagère et biologique du fond de vallée par uniformisation des milieux et régression des habitats héliophiles.

Commentaires sur la délimitation

Le périmètre du site englobe les prairies et les milieux humides (rivière, bras-mort, dépressions humides....) et boisés qui concentrent les habitats et les espèces végétales et animales remarquables.

Les grandes peupleraies et les milieux urbanisés sont évités.